jeudi 27 mai 2010

Le gène de la révolte

Thierry Serfaty



Il a tout d'un grand (Coben, Cook, ou Kennedy). Le suspens bien mené, qui nous fait tourner les pages avec angoisse et fébrilité, les situations pseudo-scientifiques, que l'avenir nous révélera comme possible (cf le Meilleur des Mondes de Huxley, que nous avons rejoint, voire dépassé), les personnages un peu cassés, et entièrement dans la résilience.
J'ai juste regretté la violence de certaines scènes (pour tout dire, ma première tentative de lecture de ce roman s'était arrêtée à la deuxième page pour cette raison).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire