mardi 21 juin 2011

La décision

Alain Leclef
























Au coeur de ce roman, Marie, 30 ans, artiste peintre, si belle qu'elle fait succomber tous les hommes qu'elle croise. Ainsi en est-il du narrateur, Pascal, pianiste de bar, et de François, scénariste rencontré au cours d'un vernissage organisé par Pascal. Tous deux sont aveuglés par leur passion pour la jeune femme, au point de pas voir que Marie recherche en eux le père qu'elle a perdu trop jeune, et dont elle n'a pas fait le deuil. Son oeuvre picturale, qui traduit son mal-être, suffira-t-elle pour exorciser ses démons? Sa lutte pour se reconstruire ne risque t-elle pas de d'entraîner ses amants dans sa chute?

En lisant la 4ème de couverture (faut-il lire la 4ème de couverture?), je pensais que la musique et la peinture prendraient plus de place dans le récit. Je n'ai d'ailleurs pas retrouvé, comme cela était indiqué, de parallèles entre l'état d'esprit de Marie et l'évolution de ses oeuvres, dont il est assez peu question.

Est-ce lié à l'activité cinématographique de l'auteur, mais le roman me semble écrit comme un scénario (j'ai même mon casting : Pierre Ardity et Vincent Lindon pour Pascal et François, et l'une de nos jolies stars pour Marie : Marion Cotillard, Vanessa Paradis.....?). Les scènes sont très visuelles et le déroulement de l'action compatible avec une adaptation à l'écran.

Ce qui m'a plus dérangée, c'est la construction : l'alternance du récit du narrateur, à la première personne, et de l'histoire avec François, racontée de l'extérieur, manque de cohérence. Ce type de procédé me gène aussi lorsqu'il est utilisé au cinéma, car la multiplication des points de vue, met le spectateur à distance, en le privant d'un interlocuteur privilégié.


Par ailleurs, bien que l'écriture soit globalement agréable, quelques maladresses dans certaines constructions de phrases,, m'ont un peu déçue.

Il n'en reste pas moins que les personnages sont forts, et crédibles dans leur désespoir;



Merci aux Agents littéraires et aux éditions Edilivre pour m'avoir permis cette agréable lecture


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire