samedi 4 juin 2011

La solitude des nombres premiers

Paolo Giordano



Comment deux êtres blessés, l’un dans son corps, l’autre dans son âme, lieront inéluctablement leur destin.
On est d’emblée en empathie avec ces personnages, qu’un accident de leur enfance a propulsé sur des orbites inhabituelles, qui feront d’eux tout au long de leur vie des êtres différents, et seuls
L’histoire est habilement menée, et à aucun moment on ne décroche du récit.
Coup de coeur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire