mardi 5 juillet 2011

Le diable au corps

Raymond Radiguet





Au cours de la première Guerre Mondiale, le narrateur nous conte sa découverte de l'amour et de la sexualité partagée, à travers la liaison illégitime qu'il noue avec une jeune femme mariée, Marthe, dont le mari est au front. Pourquoi lui-même n'y est -il pas ? Parce qu'il n'a que 16 ans ! A l'âge où les jeunes gens découvrent l'amour à travers le flirt avec les filles de leur âge, le narrateur, à la façon dont un canard nouveau-né va s'attacher au premier être vivant aperçu, va s'enticher de cette jeune femme fiancée, puis mariée puis en devenir réellement amoureux. Il expérimente un simulacre de vie à deux, jusqu'à ce que les vrais problèmes arrivent (plus graves que les ragots, ou l'arrêt des études)

Voilà un roman qui survole les années 1914-1918 sans jamais parler des horreurs de la guerre ! Tout au plus on sait que Marthe reçoit quelques lettres de son mari.

Par contre l'analyse des émotions adolescentes, entières et passionnelles y est largement abordée, avec une sorte d'autodérision, comme si le narrateur examinait cette histoire avec quelques décennies de recul. Or il est mort à l'âge de vingt ans !

Il s'agit d'une fausse biographie, on dirait de nos jours une autofiction, l'auteur a réellement vécu une liaison avec une femme mariée à l'âge de 14 ans. La maturité intellectuelle ne fait bon ménage avec l'immaturité sentimentale 


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire