jeudi 4 août 2011

Scarlett, si possible

Katherine Pancol



3 jeunes filles dans les années 68-72, provinciales, rêvent de « monter à Paris. Elles ont en commun la petite ville où elles ont vécu leur enfance, où tout le monde se connaît et s'épie pour alimenter les ragots, et la recherche de l'amour avec en plus la réussite sociale. Triste désillusion. Rêves brisés de libération féminine et d'égalité des sexes.

J'ai bien aimé ce roman, un peu sur le même ton que la trilogie des crocodiles, tortues et écureuils du même auteur, pour sa lucidité sur la condition féminine (il est vrai que c'est facile vingt années plus tard, car ce roman est paru en 1985). J'ai beaucoup aimé également les évocations de détails très « madeleinesques » : l'ami 6, la robe chasuble, Anne-Marie Peysson...qui ont fait partie de nos vies quotidiennes lorsqu'on a un peu plus de 40 ans, et que l'on se rappelle avec tendresse ou nostalgie. Les agissements d'un serial killer viennent pimenter le récit : le tout est donc bien vite lu, et avec plaisir

 


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire