lundi 3 octobre 2011

Le lièvre de Patagonie

Claude Lanzmann



















L’auteur nous entraine dans une hallucinante autobiographie retraçant son parcours sur 50 années d’histoire politique et culturelle du 20ème siècle à travers le périple vertigineux de cette vie de journaliste indépendant (au moins dans l’esprit), qui a côtoyé les acteurs les plus éminents des événements majeurs de cette période (Sartre, Simone de Beauvoir, sa compagne de plusieurs années, mais aussi les hommes politiques les  plus influents au Moyen Orient et au Maghreb sur la dernière partie du vingtième siècle, avant de se consacrer à ce qui est l’oeuvre de sa vie : le film Shoah. Presque un quart du livre est consacré à ce travail.
Si l’analyse minutieuse de certains faits peut perdre le lecteur non initié, celui-ci  pourra toujours s’y retrouver tant est grande la variété des épisodes relatés.  Pourtant cela avait mal commencé dès le début du livre puisque le premier chapitre est consacré à l’analyse détaillée des différents moyens mis en oeuvre pour l’exécution des peines capitales, d’un point de vue géographique et historique. Le deuxième chapitre ne rachète pas le premier  : je n’ai pas suffisamment de connaissance ni de gout pour l’aviation pour l’apprécier .
Je ne voulais pas abandonner avant d’avoir poursuivi un peu, et finalement je me suis attachée à ce récit, dense, servi par une plume racée et érudite, connaissant à fond son sujet. Son destin est à peine croyable : tant d’événements et de rencontres accumulés dans une vie ne seraient pas crédibles dans un roman
Le destin de cet homme est tout simplement extra-ordinaire, comme guidé par une nécessité transcendante.
On peut cependant être gêné par l’auto-dithyrambisme est présent à chaque page, et il aurait été intéressant de connaître la version des protagonistes. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire