dimanche 6 mai 2012

les lois fondamentales de la stupidité humaine

Carlo M. Cipolla






72 pages

  • 7.00 €
  • ISBN : 978-2-13-060701-4
  • N° d'édition : 1
  • Date de parution : 02/05/2012
  • Sous-discipline : Sans










C'est un tout petit livre, un peu plus de soixante pages, qui est à la fois une démonstration scientifique et une mise en garde. L'objet du traité est un fléau largement répandu, universel et intemporel : la stupidité humaine. Innée comme l'est le sexe ou la couleur des yeux, la  constance dans le temps malgré les progrès culturels de l'humanité en est la preuve. En effet toutes les cultures et les civilisations en ont été victimes. Plus encore, il n'y a pas de milieux épargnés : non content d'être largement représenté parmi les classes sociales que l'on dit défavorisées,  c'est jusque dans nos académies et au sein des instances qui nous gouvernent que s'épanouit et sévit le mal.

Bien entendu tout commence par une définition, pour éviter tout malentendu sur le sujet. L'homme stupide nuit à son prochain sans en tirer parti, ce qui le différencie du crétin qui se nuit à lui même au bénéfice d'autrui, ou du bandit qui nuit à son entourage pour son propre bénéfice. Reste l'homme intelligent qui agit à la fois dans son intérêt et pour le bien des autres. Ces quatre catégories sont réparties sur un graphique composé de deux axes x et y permettant de les classer. On pourrait d'ailleurs utiliser ce mode d'analyse à d'autres notions (essayez avec le gourmand, le gastronome, l'anorexique et l'affamé...)
L'auteur a pour but de nous mettre en garde et d'éviter au maximum le commerce avec cette "chienlit" de l'humanité, au risque d'en subir des désagréments plus ou moins importants
C'est essentiellement la forme apportée à la démonstration qui lui donne toute sa dimension humoristique. Bien entendu le lecteur est d'emblée rassuré : il est fort probable, nous avertit l'auteur en préambule, qu'il n'appartienne pas au groupe des sots mis à l'index. Rédigé en anglais, c'est l'auteur qui a refusé au départ de le faire traduire, ce qui a retardé d'une décennie l'accession à un statut de best-seller international (dans quelle catégorie se placerait-il?.....)
De lecture très facile, je ne puis que recommander de s'y plonger pour un court intermède récréatif et distrayant, mais aussi didactique et salutaire
Je remercie Babelio et les éditions PUF pour ce partenariat que j'ai énormément apprécié



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire