mercredi 28 novembre 2012

Troisième humanité

Bernard Werber












  • Broché: 550 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (3 octobre 2012)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226244220
  • ISBN-13: 978-2226244222
  • Existe en ePub







Les familiers de l’univers de Werber ne seront pas déçus et les autres auront tout le loisir de le découvrir car tous les thèmes chers à l’auteur sont évoqués, de la réincarnation, à la fascination pour l’organisation sociale des insectes, en passant par l’évolution de de l’humanité

Ce qui fait l’originalité de ce roman est la thèse selon la quelle l’évolution de la matière vivante sur la planète se fait vers la miniaturisation, ce qui est tout bénéfice pour notre planète -hôte : un humain de 17 cm mange dix fois moins, consomme dix fois moins d’énergie et donc est dix fois moins nocif pour son environnement. C’est ainsi que le projet fou du petit fils d’Edmond Wells, le fameux auteur de l’encyclopédie des savoirs relatifs et absolus, que l’on suit depuis les premiers romans, est de créer par sélection génétique et trafic biologique un être humain tout petit, dans une société artificielle majoritairement féminine, dans le but de sauver notre planète d’une fin certaine, à la fois du fait des désastres écologiques et de la folie guerrière de ses habitants (l’action se passe 10 ans après le moment où vous ouvrez ce livre).

Bernard Werber sait aussi s’attacher son lecteur, en lui promettant une suite à l’aventure de nos mini-héroïnes.

Une originalité par rapport aux romans précédents les nombreuses maximes proposées tout au long du récit sont écrites sur des tee-shirts!  :

«Pour savoir lequel est l’expert, prenez celui qui prévoit que le travail sera le plus long et coûtera le plus cher»

«la seule science parfaite est la sagesse rétrospective»

«Si ça coince, forcez. Si ça casse, ça devait probablement être réparé, de toute façon»

Enfin la traditionnelle énigme, dont la réponse ne sera donnée que dans le deuxième tome de la trilogie....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire