dimanche 7 juillet 2013

Zalbac brothers

Karel de la Renaudière








  • Broché: 317 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (29 mai 2013)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226248412
  • ISBN-13: 978-2226248411
  • Existe en ebook









Il existe un milieu où la trahison, le vol, le mensonge, s'ils ne sont élevés au rang de vertus , peuvent néanmoins vous garantir de parvenir au sommet de la gloire professionnelle et de réaliser toutes vos ambitions. C'est le monde de la finance. Un monde ésotérique pour le non initié, avec son jargon et ses règles, qui le rendent hermétique pour le commun des mortels. 

Ce roman retrace l'itinéraire éclair d'un jeune français émigré aux États Unis, et qui se retrouve brutalement immergé au sein d'un établissement bancaire. Son travail acharné et le soutien discret mais efficace du Boss avec qui il partage une passion pour le violon le conduisent très rapidement à un poste de responsabilité. C'est ainsi qu'il croise le destin d'une belle héritière, Charlotte, et marche sur les platebandes de Stéphane, qu'il a naguère fréquenté lors de leur scolarité chez les jésuites. Il suffit de quelques SMS sibyllins pour fomenter une machination diabolique..

La brièveté du roman (300 pages, grande police) , plus dans l'action que dans la pédagogie,  ne permet pas d'approfondir (je devrais dire de de jeter les bases) de connaissances de la finance et du milieu de la banque. Le jargon n'est pas clairement explicité.  Cela ne nuit guère à la compréhension de l'intrigue, mais on imagine ce qu'un Douglas Kennedy aurait construit en 600 pages, en y ajoutant maints détails sur la vie quotidienne du héros et des développements du genre "la finance pour les nuls" qui vous donne l'impression d'avoir acquis quelques connaissances dans le domaine exploré.

On passe néanmoins un bon moment de lecture, grâce au charisme du héros, et à l'écriture agréable . Les nombreuses allusions à la musique, allègent l'aridité  inhérente au monde de la finance.

Un peu plus de développement et un peu plus de pédagogie m'aurait comblée 

Merci à Babélio et aux éditions Albin Michel pour ce partenariat







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire