mercredi 2 octobre 2013

Le plus petit baiser jamais recensé

Mathieu Malzieu










  • Broché: 157 pages
  • Editeur : Flammarion (15 mars 2013)
  • Collection : LITTERATURE FRA
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2081294141
  • ISBN-13: 978-2081294141












Voilà une pépite, une pierre précieuse enchatonnée dans l’or des mots! Quoi de mieux qu’une histoire d’amour impossible pour donner libre cours à son imagination , à son inventivité en matière d’écriture? 

Le narrateur est un inventeur (pistolet à grenouilles, fleurs d’harmonicas...) dépressif (quand ces inventions ne rencontrent pas le succès, ce qui est fréquent). Et pour comble de malheur, il est amoureux d’une fille qui est devenue invisible lorsqu’il l’a embrassée, d’un minuscule baiser, le plus petit baiser jamais recensé, «pulpe et duvet compris».

Louisa, derrière le comptoir du Temple des médicaments, lui conseille un détective, une papy aux cheveux de neige et au regard ultraciel, et son limier surdoué : Elvis le perroquet.

Et c’est parti pour une jolie petite enquête, prétexte à mille facéties déjantées, imprégnée de la tendresse naïve des êtres incarnés dans un corps d’humain, qui tentent d’entrer dans la ronde de la vie, sans jamais comprendre pourquoi on danse, et comme si la danse était le but ultime.. 

On n’est pas loin de l‘Ecume des jours, on flirte avec Lewis Carroll, et le Petit Prince est en filigrane. 

Une très jolie découverte qui devrait réjouir les lecteurs prêts à entrer dans le jeu d’une poésie cocasse et délirante, au dépens de la trame narrative, qui n’a somme toute, que peu d’importance

En bonus, les petits mots doux déjantés, collectés et rassemblés en épilogue, et qui valent leur pesant de cacahuètes





"Les yeux de la fille m'indiquaient que le claquement de porte était téléchargé à 98 % dans son cerveau"


"Je comptais me faire passer pour un commis-voyageur spécialisé dans la cravate magique. Je m'étais fait la main quelques années plus tôt à Palavas-les-flots en vendant des hot-dogs vivants, des chiots tout chauds fourni avec d'énormes  tranches de pain sur les côtés"


"Est-ce que l'on pourrait quand même se non-revoir au moins une fois ?
Si vous me promettez de me non-embrasser, pourquoi pas"


"Nos électricités mêlées provoquaient un étrange coeur-circuit"



"Elle souffrait de ne pas parvenir à accélérer ma guérison, mais travaillait tous les jours à rassembler les pièces de mon passé, les recoller avec mon présent pour que l'idée de futur puisse se dessiner dans ma tête"


"Le problème c'est que ma tête n'est jamais reposée. Mon cerveau est une maison de campagne pour démons. Ils y viennent souvent et de plus en plus nombreux. Ils se font des apéros à la 
liqueur de mes angoisses. Ils se servent de mon stress car ils savent que j'en ai besoin pour avancer. Tout est question de dosage. Trop de stress et mon corps explose. Pas assez, je me paralyse."



"Les démons n'avait pas disparu pour autant, et je me faisais à l'idée que je ne m'en séparerais jamais vraiment. La blessure de l'accident d'amour ne se refermerait pas, inutile d'essayer de cautériser en accéléré. Il fallait avancer. Stopper l'amouragie."




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire