samedi 4 janvier 2014

L'analyste

John Katzenbach








  • Poche: 658 pages
  • Editeur : Pocket; Édition : 1re (11 janvier 2007)
  • Collection : Policier / thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266143913
  • ISBN-13: 978-2266143912
  • Existe en ebook











C’est avec un vague mal de vivre, une impression d’échéance vitale arrivée à terme que Ricky Starks entame sa routine habituelle d’écoute bienveillante. C’est le dernier jour de travail avant les vacances d’été, le patient reçu l’agace un peu plus que de coutume…Il est loin de se douter que tout ce qu’il a construit dan sa vie va être balayé dans une descente aux enfers impitoyable. Il a quinze jours pour trouver qui est derrière cette mise à mort programmée, avec suicide à la clef, sous peine de représailles visant ses proches. Le jeu est très inégal : il affronte un adversaire bien entrainé, capable d’anticiper plusieurs coups à l’avance, alors que lui même agit avec la maladresse que confère la panique…
Cette première partie est trépidante (elle rappelle l’ambiance terriblement anxiogène de Cul-de-sac  de Douglas Kennedy). Seul le nombre de pages restant laisse imaginer qu’une issue autre que fatale à court terme est possible pour notre héros.

Au fond de la piscine, deux éventualités: on se noie ou on donne un coup de talon vigoureux pour remonter…Et pour se sortir d’une telle souricière, il faut s’armer d’une belle patience et recruter tous ses neurones…

C’est époustouflant, et cela mérite sans conteste les nombreuses critiques élogieuses et le Grand  prix de littéraire policière de 2004. Ce n’est qu’en vérifiant a postériori le nombre de pages de l’édition papier que je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’un pavé. Ce pavé-là se dévore sans indigestion. 

L’ambiance « psy » contribue à l’agrément de l’ensemble : immersion dans le quotidien d’un psychanalyste, psychopathe dangereux, paranoïa induite…, le tout décrit et analysé avec une
subtilité remarquable. Une très bonne surprise…presque dix ans après sa sortie en France!

A quand l’adaptation cinématographique? 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire