samedi 15 février 2014

La petite cloche au son grêle

Paul Vacca








  • Broché: 181 pages
  • Editeur : Philippe Rey (6 mars 2008)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2848761121
  • ISBN-13: 978-2848761121
  • Existe en ebook









Lorsque la porte du café désuet s'ouvre, la petite cloche tinte, promesse d'une arrivée attendue, celle de la maman de .....et lorsque l'éveil sensuel coïncide avec  la rencontre d'une lectrice de Proust,  c'est suffisant pour déclencher chez ce tout jeune homme bon dernier de la classe en rédac l'envie de découvrir ce monument de la littérature. Plus encore, c'est une véritable épidémie qui se déclenche dans l'entourage : Swann, la duchesse de Guermantes ou Odette s'immiscent dans les conversations familiales. Et bientôt le village entier sera convié à ce partage...En filigrane, la maladie jette une ombre sur le tableau.

Le thème est très attractif : initiation à la littérature en entrant par la grande porte, complicité induite , révélations de talents cachés ,  évocation de l'œuvre à centre de l'intrigue, c'est une promesse de lecture séduisante. La promesse est tenue pour le scénario. Le plaisir est au rendez-vous.

Un petit bémol pour le procédé d'écriture choisi : le narrateur s'adresse à ses parents. Cela crée une distance pour le lecteur ainsi exclu, simple témoin relégué au rôle de spectateur passif, comme devant un écran. De même cela suscite une interrogation, un doute transitoire sur l'interlocuteur désigné.


Cela reste une histoire poétique bien agréable en ces temps de commémoration martiale.







Est-ce que nous même nous comprenons tout ce que nous lisons?Je n'en suis pas persuadée. Au fond, n'est-ce pas mieux comme cela? Lire, c'est aller vers l'inconnu, c'est chercher à découvrir de nouveaux mondes, à percer de nouvelles énigmes...Sans garantie de succès. d'ailleurs on ne fait jamais le tour d'un livre, on n'épuise jamais la totalité de son mystère.

Soudaine et dévastatrice, une proustmania s'abat sur notre commune, suite au passage de l'acteur. . Tel un ouragan impitoyable échauffant tous les esprits, il provoque de nombreux dégâts : l'horlogerie est rebaptisée Le Temps retrouvé, la bonneterie change de devanture et devient Oriane de Guermantes, le magasin de mode masculine se métamorphose en Dandy Swann...Jusqu'au poissonnier qui, agacé, dans un furieux pied de nez, écrit sur son ardoise :"A la recherche du thon perdu - 17 francs le kilo". C'était prévisible




  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire