mercredi 3 décembre 2014

Le ventre des philosophes : critique de la raison diététique

Michel Onfray






  • Broché: 243 pages
  • Editeur : Grasset; Édition : Grasset (5 mai 1989)
  • Collection : Figures
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2246416817
  • ISBN-13: 978-2246416814
  • Existe en version numérique









Même si leurs esprits féconds nous abreuvent de nourritures spirituelles, les philosophes ne sont pas dépourvus d’un tube digestif relié à une machinerie corporelle complexe, dont la survie dépend de l’approvisionnement en carburant alimentaire de base. 
Fidèle à un axiome fondamental, qui réfute que le cordonnier doive être le plus mal chaussé, Michel Onfray traque comme à son habitude la traîtrise qui consiste à claironner haut et fort une éthique qui reste une théorie fumeuse , tout en vivant un quotidien à des années lumière des principes énoncés. 
Certes, en gastronomie, les tendances varient avec l’époque, les connaissances scientifiques, la mode ou quelquefois les ressources disponibles. « Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es » proclamait Brillat-Savarin dans  sa Physiologie du goût. C’est à dire, ton appartenance sociale, les séquelles de ton éducation, mais aussi ta façon de penser la vie.

Avec le ventre des philosophe , on aborde une spécialité métisse (transversale dirait -on aujourd’hui) la gastrophilosophie, au travers de ce que l’auteur a pu recueillir de leurs habitudes alimentaires. De Diogène le cynique , amateur de poulpe cru, à Sartre qui baffe salement et par nécessité, en passant par un Marinetti , chantre du futurisme, militant pour une Italie sans pâtes, on a un échantillon de la diversité diététique de nos penseurs.

L’opus est court, mais comme toujours, très argumenté et éclairé par une bibliographie abondante.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire