vendredi 31 juillet 2015

Les annales du disque-monde : La huitième couleur

Terry Pratchett








  • Broché: 266 pages
  • Existe en version numérique
  • Editeur : POCKET (7 janvier 2011)
  • Collection : Science-fiction / fantasy
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : Patrick Couton
  • ISBN-10: 2266211811
  • ISBN-13: 978-2266211819







Est-il judicieux de découvrir un genre littéraire par une parodie? Sans doute que oui, car ce qui aurait pu être une lecture ardue et malaisée pour une béotienne de la fantasy s'est révélée plutôt agréable, grâce justement à l'humour qui escorte l'équipée de créatures du disque -monde. Comique de situation, ou dialogues décalés, postulats absurdes ou sophismes aggravés, tous ces procédés permettent de se familiariser sans douleur avec le décor et les personnages. Honnêtement, sans cette ambiance déjantée, les pages auraient été tournées avec moins de plaisir.

Un autre intérêt de ce tome, le premier de la série, est que l'un des personnages est un touriste qui découvre lui aussi ce monde qu'il visite, et bien que peu prompt à s'étonner, a
tout de même beaucoup de questions à poser à son guide improvisé, le mage Rincevent, recalé à la fin de ses études, et conscient de ses limites. le troisième personnage principal est très réussi : c'est un coffre à pattes, indestructible et prêt à défendre son contenu quelque soit l'adversaire qui en vienne à le convoiter.

Ce qui est plus compliqué et qui aurait été rédhibitoire sans l'humour, c'est l'aspect très visuel des descriptions, tant des personnages que des décors, ce qui demande un effort important de construction d'images sans référence dans le réel. Les scènes d'action deviennent incompréhensibles (au moins le cinéma permet via les effets spéciaux de mettre en place ces paysages et ces scènes, même si quelquefois les scènes d'action restent aussi confuses par leur rapidité).

Expérience plutôt réussie donc et merci à Weatherwax pour sa liste de l'humour dans la SF et la fantasy qui a motivé ce choix de lecture. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire