lundi 17 août 2015

la dernière réunion des filles de la station service

Fannie Flagg








  • Broché: 462 pages
  • Existe en version numérique
  • Editeur : Le Cherche Midi (2 avril 2015)
  • Langue : Français
Traduction (Anglais) : Jean-Luc Piningre

  • ISBN-10: 2749141842
  • ISBN-13: 978-2749141848

Lorsque le doute est une des composantes de votre personnalité, et que l'une des quelques certitudes qui structuraient votre vie vole en éclat à la réception d'un simple courrier, et qui de plus ne vous était pas adressé, plusieurs options sont au choix, dont celle de partir à la recherche de son passé, de revoir les soixante ans qui se sont écoulés à la lumière des révélations inattendues.

Sookie s'engage dans cette voie. Puisqu'on lui a menti toute sa vie, elle va tout faire pour éclaircir les parts d'ombre de son histoire familiale. Tout en préservant ce qui a été construit, en ménageant ses proches, et particulièrement sa mère, championne des affabulations.

Sookie est un personnage d'emblée sympathique, et qui n'est pas sans rappeler Evelyn, jouée par Katy Bates dans Beignets de tomates vertes. Femme au foyer, à l'âge où les enfants ont quitté le nid et où sonne l'heure des bilans, entre ce que l'on a pas fait et ce que l'on ne pourra plus faire, elle part à la recherche de son passé. 

On retrouve les thèmes favoris de Fanny Flagg, la famille et ses secrets, l'amitié, les destins hors du commun, et la rédemption toujours possible.

Ce roman est aussi l'occasion de rendre hommage aux quelques pionnières de l'aviation, qui avaient osé se mesurer aux hommes dans un domaine qui était une chasse gardée, et qui ont même participé lors de la deuxième guerre mondiale, sans que leur effort ait été reconnu. 

Ce court voyage en Alabama a été une belle partie de plaisir qui confirme tout le bien que je pense de l'univers romanesque de Fannie Flagg.





Quand le jour arrive où tes propres enfants te regardent avec d'autres yeux, où ils deviennent plus que tes enfants, mais des êtres à part entière, alors ça vaut la peine de supporter les rides et les kilos en trop.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire