samedi 24 octobre 2015

Le rouge du péché

Elizabeth George








  • Poche: 790 pages
  • Editeur : POCKET (21 avril 2010)
  • Collection : Policier / thriller
  • Langue : Français
  • Traduction   (Anglais) : Anouk Neuhoff
  • ISBN-10: 2266206591
  • ISBN-13: 978-2266206594










De nombreux personnages, avec une analyse psychologique et historique (histoire personnelle, j’entends) bien détaillée, quelques arrêts sur image sur les magnifiques paysages de la Cornouailles, des policiers bien typés, et bien entendu un meurtre à élucider : voilà la trame d’un pavé épais, mais très digeste.

En effet au cours de cette enquête autour d’un accident d’escalade, qui se révèle être d’origine criminelle, l’inspecteur Bea Hannaford va se retrouver immergée, si l’on peut dire, dans le milieu du surf, mais aussi dans l’intimité des familles du petit village balnéaire où se sont déroulés les faits, au risque de déterrer de sombres secrets.

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, Elisabeth George parvient à remettre sur les rails le commissaire Linley, effondré par le drame personnel qui lui ravi son épouse et son futur enfant, et qui comme par hasard, cheminait sur les sentiers côtiers, dans une marche sans autre but que celui de tirer un trait sur son passé douloureux. C’est alors qu’il découvre le corps.
Il a fallu ensuite trouver une autre astuce pour que son acolyte habituelle fasse partie de la fête : et par un prompt renfort, la truculente Barbara Havers le rejoint.

L’équipe a déjà fort à faire avec le décès du jeune Santo, mais Linley, qui s’en mêle sans trop de zèle mêne une sorte d’enquête parallèle, concernant la curieuse vétérinaire, qui a découvert le corps en même temps que lui, et fait ainsi partie des suspects, d’autant que des mensonges émaillent son discours. Mais que cherche-t-elle à cacher?


Autant dire que tout le monde est bien occupé, et que le lecteur ne s’ennuie pas une seconde.

Pour tout dire, c’est une découverte que ce roman policier d’Elisabeth George, et sans trop de surprise, c’est fort agréable, tant par l’écriture que par la consistance de l’énigme . L’ambiance générale n’est pas sans rappeler les romans de P.D. James, qui avait aussi à coeur d’explorer avec minutie un microcosme particulier, que le déroulement l’enquête permettait d’approfondir.


Par ailleurs le procédé est classique, mais bien entendu, l’on sait déjà qu’ouvrir un autre roman de l’auteur permettra de retrouver avec bonheur ces policiers bien attachants.

Challenge Babelio Pavés 2015-2016 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire