dimanche 24 janvier 2016

En attendant Bojangles

Olivier Bourdeaut








  • Broché: 160 pages
  • Editeur : FINITUDE (7 janvier 2016)
  • Langue : Français
  • Existe en version numérique
  • ISBN-10: 2363390636
  • ISBN-13: 978-2363390639









Un petit bijou de désespoir caché au coeur d’un écrin d’humour!

Ça commence sur un ton léger, celui d’un enfant qui découvre naïvement le fonctionnement de ce monde, sans chercher à le décrypter. La normalité est ce que l’on perçoit d’un univers que l’on découvre. Papa et maman dansent et rient dans le salon, reçoivent  des amis, accumulent le courrier sans jamais ouvrir les enveloppes, boivent, boivent et reçoivent encore. L’enfant apprécie cette extravagance tout en étant conscient qu’un autre ordre existe, celui qui fait froncer les sourcils des garde-fous de la socialisation, car, non,  l’école, ça ne fonctionne pas à la carte. A l’école, on a toujours le même prénom, et on ne promène pas en laisse un oiseau nommé Mademoiselle Superfétatoire, et on écrit à l’endroit…Une seule solution, pour que ces deux mondes n’entrent pas en conflit ouvert : l’enfant sera instruit par son père.

On se souvient du film de Bellini, qui raconte la tentative désespérée d’un père, qui veut faire croire à son fils que le camp de concertation est un parc d’attraction. Le décor est ici celui d’une famille minée par la folie, mais le thème est le même. L’aventure est aussi folle, et vouée à l’échec.

C’est aussi l’histoire d’un amour qui confine à la folie et qui mène la danse au son  de Mr Bojangles, une magnifique chanson de Nina Simone.

Le récit est très bien mené, les couleurs vives et chatoyantes qu’évoquent les premiers chapitres  se teintent d’un voile qui ternit peu à peu le propos, jusqu’au plus sombre.
Le lecteur bénéficie d’un double discours, qui amène peu à peu vers la triste réalité : le roman se construit sur deux socles, celui des souvenirs d’enfance de l’auteur, relus à l’aune des carnets intimes de son père.

Très belle surprise de cette rentrée d’hiver, la critique est unanime pour saluer le travail d’Olivier qui signe là son premier roman. Et pour reprendre à l’envers le coup de gueule d’une booktubeuse qui se reprochait de ne pas avoir assez démoli le dernier best-seller de Grégoire Legardinier et avec pour conséquence de ruiner le budget serré dune de ses amis étudiante avec un navet, celui-ci vaut l’investissement de 15 euros . A lire et relire pour rire et pleurer, et se réjouir de cette écriture qui restitue si bien les sentiments, dans un univers déjanté que nombre de lecteurs et de critiques associent à  JD Salinger revisité par Boris Vian.

Un remarque pour l’éditeur : je ne l’aurais sûrement pas acheté pour avoir craquer pour l’image de couverture.





Il restait assis à son grand bureau devant son papier, il écrivait, riait en écrivant, écrivait ce qui le faisait rire, remplissait sa pipe, le cendrier, la pièce de fumée, et d'encre son papier.


*

Pour que mon écriture aille dans le bon sens, la maîtresse m'a fait envoyé chez une dame qui redressait les lettres sans jamais les toucher et qui, sans outil, savait les bricoler pour les remettre à l'endroit.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire