mercredi 6 janvier 2016

La dame en blanc

Wilkie Collins









  • Poche: 476 pages
  • Editeur : Le Masque (9 juin 2010)
  • Collection : Labyrinthes
  • Existe en version numérique 
  • www.ebooksgratuits.com/
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : L. Lenoir




Lorsqu’il fait connaissance avec ses deux élèves, deux demi-soeurs à qui il va enseigner le dessin, à Limmeridge house dans le Cumberland, Walter Hartright est saisi par la ressemblance de l’une d’elle, Laura, avec une étrange jeune femme vêtue de blanc qu’il a croisée avant son départ. Outre les domestiques, la demeure abrite également l’oncle et tuteur de Laura, Frederick Fairlie, un vieillard cacochyme et hypocondriaque, qui consacre son énergie à atténuer les stimulations sensorielles qui lui détruisent les nerfs.
Walter est très sensible aux charmes de Laura, et c’est à son grand désespoir qu’il apprend que la belle est fiancée : elle va épouser Sir Percival Clyde, qui apparaît d’emblée comme un personnage maléfique. Mais c’était une des dernière volontés de son père et la jeune fille, bien qu’elle soit  éprise de Walter se soumet au projet. Hartright est chassé et quitte l’Angleterre.
Le mariage a lieu. Au retour du voyage de noces, un couple d’amis de sir Percival s’installe au château. Le comte et la comtesse Fosco élaborent  avec Percival un stratagème pour mettre la main sur la fortune de Laura.
Lorsque Walter rentre du Honduras, Laura et sa soeur vivent incognito, la jeune femme a perdu jusqu’à son identité. Walter endosse son costume de détective et de justicier pour dénouer l’écheveau de ce coup monté.
Walter a fort intérêt à démasquer le mari inopportun, d’autant que les propos de la mystérieuse dame en blanc, même s’il apprend qu’elle s’était échappée d’un asile, laissent entrevoir qu’il cache quelque chose.

 Classé à la  28e place au classement des cent meilleurs romans policiers de tous les temps établi par la Crime Writers' Association en 1990, La dame en blanc est considéré comme le meilleur roman de Wilkie Collins.

La construction correspond à ce que l’on nomme aujourd’hui un roman choral : Collins crée une mosaïque narrative qu’il compare aux différentes versions des témoins d’un procès. Le procédé donne du relief au récit et maintient l’attention du lecteur, alors qu’il consolide la trame de l’intrigue.
Acclamé par les lecteurs, rejeté par les critiques, trop provocateur et innovateur, la publication de ses romans dans les années 1860 lui ont valu la reconnaissance et une mise à l’abri des soucis matériels.

Wilkie Collins prend fait et cause pour le statut des femmes dans cette Angleterre post-élisabéthaine, comme il l’a fait dans Sans nom ou Le secret. C’est simple, les femmes n’existent pas  : aucun droit à disposer de leur corps ou de leur bien, enfermées dans la sphère privée, dépourvues de tout pouvoir et droit de décision, pas d’accès au savoir. Les romans de Wilkie Collins dénoncent cet état de faits.

Une autre force du roman tient à la galerie des personnages, riches, entiers, finement analysés. Ils donnent une tonalité particulière à chaque situation, et soutiennent l’intérêt du lecteur. 


Lire un roman de Willie Collins, c’est créer l’addiction, et avoir la certitude qu’en ouvrant un autre roman de celui qui est considéré comme le créateur du genre thriller, on va en prendre pour 500 et quelques pages de plaisir. La dame en blanc ne déroge pas à cette règle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire