vendredi 3 juin 2016

On est foutu, on pense trop! Comment se libérer de Pensouillard le hamster

Dr Serge Marquis






  • Broché: 158 pages
  • Editeur : Editions de la Martinière (2 avril 2015)
  • Collection : DEVELOPPEMENT P
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2732467626
  • ISBN-13: 978-2732467627









Pour se lancer sur le marché des guides de développement personnel, qui proclament haut et forts depuis des décennies que, quand on veut on peut , que notre destin est entre nos mains, et qu’il suffit de  lire la méthode que l’auteur a eu la chance de croiser sur son chemin pour que nous aussi nous bénéficiions du bonheur de constater que demain est le premier jour du reste de notre vie….il faut trouver une astuce de communication. Et quoi de mieux que l’humour! (« L’amour pour épée,  l’humour pour bouclier », proclamait Edmond Wells en guidant la plume de Bernard Werber)

Et ici le ton est donné dès le titre « on est foutu, on pense trop! » et le sous titre qui fait honneur au personnage principal Pensouillard le hamster. Pour un peu, on chercherait une astuce dans le nom de l’auteur!.

Dès les premières lignes, l’auteur puise des exemples dans la vie quotidienne de tout un chacun, et l’on se reconnait immédiatement dans ce pauvre être humain en rogne parce que le rouleau de papier toilette est vide, ou parce que l’automobiliste dans la file qui nous précède met trois secondes à redémarrer au feu vert. C’est vous, c’est moi, c’est nous, mais c’est lui aussi l’auteur, qui avant d’essayer d’apprivoiser ce maudit animal qui lui pourrissait la vie, était comme nous!

La méthode fait appel a la méditation en pleine conscience sans réelle originalité, maitriser sa respiration, prendre conscience des stimuli sensoriels dont nous nous ne tenons pas compte la plupart du temps, pour endormir la bête qui prend un malin plaisir à nous pourrir la vie. 

Bien sur , on nomme les concepts, l’ego, le moi …pour théoriser. Le prof est un comique, mais reste un prof.

La méthode marche rapidement en cas d’urgence, mais bien entendu, autant l’utiliser en préventif : c’est à dire en pratiquant régulièrement la méditation, « comme les pompiers qui apprennent à éteindre les incendies dans les poubelles. Ils n’attendent pas que le feu prennent au dernier étage d’une tour pour apprendre leur métier. »

Et c’est drôle! les exemples sont originaux et décalés, la théorisation est présentée de façon ludique et imagée, les thèmes sont bien pensés, et le résultat est qu’on passe un vrai bon moment à tourner ces pages. en plus ce n’est pas un pavé à piquer du nez : 150 pages suffisent pour en avoir fait le tour.

Rien de nouveau donc, mais un abord plaisant de la question : c’est une réussite.


Merci à Babelio et aux éditions points pour m’avoir fait confiance, tout  en essayant une fois de plus de changer ma vie!



Il est devenu très difficile, en ce monde, de ne pas utiliser le je. Le je est partout. Il a remplacé Dieu dans nos vies

*

Aujourd'hui, quand on me demande qui je suis, je réponds : "je suis une forme qu'à empruntée la vie pour une certaine période, c'est tout."




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire