jeudi 21 juillet 2016

Les chemins de la peste : le rat la puce et l'homme

Frédérique Audoin-Rouzeau






                




                  Poche: 622 pages
Editeur : Editions Tallandier (1 mars 2007)
Collection : Texto
Langue : Français
ISBN-10: 2847344268
                ISBN-13: 978-2847344264








Dans Pars vite et reviens tard, Fred Vargas avait largement évoqué la menace épidémique propagée par un esprit criminel. Ici l'auteur célèbre de polars porte sa blouse blanche de chercheur en archéozoologie pour dresser un état des lieux exhaustif de ce que l'on connaît à ce jour des voies de dissémination de la peste.


Si bien des aspects de la maladie sont abordés, c'est dans un but : prouver la responsabilité des rats, par l'intermédiaire de leurs puces dans la propagation des épidémies, et donc de réfuter l'hypothèse d'une contagion inter humaine. Ce sujet a  préoccupé des générations de chercheurs, avec un débat houleux au début du vingtième siècle , et des argumentations contradictoires jusque dans les années 60. La peste peut en effet se manifester dans le cadre d'épidémies qui font de nombreuses victimes mais aussi de façon sporadique, comme ce fut le cas en Inde, et dans cette situation précise, le nombre important de victime peut donner l'illusion d'une épidémie. Il faut toute la rigueur d'une analyse scientifique pour déboulonner les apparences 
Tout ceci n'est pas une vaine spéculation : il s'agit aussi d'en déduire des moyens de prévention qui pourraient s'avérer bien utiles en cas de nouvelle poussée . Parce que la menace existe, la maladie n'est pas éteinte, le contexte planétaire de brassage des populations, les possibilités d'une guerre bactériologique : tout cela pourrait faire réapparaître le fléau 

"L'histoire de la peste n'est pas close : la capacité de survie du bacille dans les profondeurs de la terre constitue une menace constante et imprévisible pour les hommes et la maladie continue de sévir régulièrement en diverses régions du monde "

D'autant que la perspective d'un vaccin n'est pas d'actualité.

Il s'agit bien d'une thèse , d'un travail sérieux, extrêmement documenté et construit selon un argumentaire rigoureux , illustré de ses preuves bibliographiques dûment indexées. 
Malgré tout, l'ensemble est facile à lire et à comprendre, même si certains développements ne seront utiles qu'à un jury qui s'attachera plus à la méthodologie, pour reconnaître ou réfuter la validité du propos. Le lecteur lambda y trouvera matière à enrichir sa culture générale dans un style loin d'être rébarbatif.

Et c'est de plus instructif et intéressant : c'est l'avantage de cette discipline qu'est l'archéozoologie, qui fait appel à différents domaines de connaissances, médicales, sociologiques, historiques, vétérinaires  ... Ainsi les mœurs de la population en matière d'hygiène au cours de l'histoire, côtoieront un catalogue détaillée de toutes sortes de puces et de leurs hôtes quadrupèdes voire bipèdes , sans oublier les voies du commerce des tissus et les données  démographiques des ravages de la maladie au cours des siècles.

Nos vies de citadins nous expose peu aux morsures de puces, excepté un public qui côtoient des animaux, dans un cadre domestique ou professionnels ; les rats s'ils sont là partagent peu notre environnement urbain. Cela n'empêche que la lecture de cet ouvrage apporte un éclairage particulier sur cette faune maudite dont la présence à toujours été vécue comme un fléau. 

Sommes nous si éloignés de l'univers littéraire d'un polar? Sans doute pas. Dans les deux cas, la rigueur du raisonnement qui fouille au-delà des évidences et tente de comprendre les mécanismes intimes d'un enchaînement de circonstances est nécessaire. La différence se situe dans la méthode de traitement : il est hautement improbable qu'ici l'auteur se soit laissée guider par les méandres de son imagination pour que surgisse page après page, presque contre son gré, un écrit construit selon les normes exigées dans le domaine de la recherche.

Challenge pavés Babelio 







"L'histoire de la peste n'est pas close : la capacité de survie du bacille dans les profondeurs de la terre constitue une menace constante et imprévisible pour les hommes et la maladie continue de sévir régulièrement en diverses régions du monde "



                                                     -----------------------------------------

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire