vendredi 27 janvier 2017

Un bon écrivain est un écrivain mort

Guillaume Chérel







  • Broché: 241 pages
  • Editeur : Mirobole (15 septembre 2016)
  • Collection : HORIZONS NOIRS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2375610326
  • ISBN-13: 978-2375610329














C’est pas bien de se moquer, mais c’est quand même un peu réjouissant de se faire le complice de ces portraits satiriques mais sacrément bien restitués , ce ces auteurs qu’on adore (ou qu’on déteste), et qui font le buzz lors de chaque traditionnelle rentrées littéraires : Belvédère, Latombe, Végane, ou Mikinos, ainsi que six autres compagnons, ce qui fait bien dix (eh oui, comme dans le célèbre roman de la grande Agatha) se retrouvent épinglés et confrontés à une situation pertubante dans un décor peu banal, piégés par un mystérieux commanditaire, au risque de montrer le côté obscure de leur personnalité. Sans compter l’animosité que la concurrence fait naitre entre eux.

L’histoire, on s’en fiche un peu, ce n’est pas le sujet : l’intrigue est juste un faire-valoir pour mieux dresser la caricature de ces personnages hypermédiatisés. Travers connus (addiction au champagne, c’était mieux avant, dépression constitutionnelle …) ou complément d’enquête, ils sont dans tous les cas parfaitement identifiables. 

C’est presque démagogique de rendre le lecteur ainsi complice de ces pieds de nez à des egos démesurés (mais comment échapper à cette dérive, quand vos moindres éternuements sont des prétextes à déballage public?)

C’est une courte lecture qui n’a pas de prétention sociologique, et  qui égratigne sans méchanceté les célébrités des étals de librairie, à la manière des humoristes satiriques, tout en pointant du doigt le fonctionnement du marketing de l’édition.


On sourit, on rit, on s’indigne (pas trop), bref on passe un bon moment.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire