vendredi 6 avril 2018

L'archipel du chien

Philippe Claudel







  • Broché: 288 pages
  • Editeur : Stock (14 mars 2018)
  • Collection : La Bleue
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2234085950
  • ISBN-13: 978-2234085954















Quels procédés permettent à ce récit de prétendre au titre de fable, de conte des temps modernes? 

En premier lieu : l’universalité des thèmes abordés.

 L’exil a mis les peuples et les individus en danger depuis la nuit des temps, quelle que soit la cause : fuite d’un danger, bannissement, rêve d’un ailleurs meilleur...mais ce qui le distingue des migrations anciennes , c’est l’exploitation de la détresse des déracinés , détresse qui alimente la cupidité de passeurs sans scrupules. C’est pourquoi dans L’Archipel du chien la fable prend des airs de faits divers bien présents dans l’actualité.

Puis la nature érigée au rang de personnage
Gaia , la terre mère qui se rebelle par l’entremise d’un volcan pétomane, dont les pestilences s’insinuent partout. 

Enfin,  la recherche d’un bouc émissaire, celui qui paiera le prix cher, juste pour masquer les odieuses pratiques des notables. A choisir de préférence  parmi les plus récemment admis dans la communauté , cible  désignée  par la  une fâcheuse propension à mettre le nez dans les affaires qui fâchent. Là aussi les légendes du monde grec et barbare  n’ont pas fait mieux .

Mais Philippe Claudel n’a pas oublié que ses lecteurs sont bien ancrés dans le 21e siècle , à travers un personnage qui apporte un peu de légèreté au propos, et qui prend les traits d’un enquêteur peu banal, mais tout de même  très évocateur de ces limiers des temps modernes, malins mais profondément asociaux voire psychopathes.
Drôle aussi la matérialisation d’un Dieu omniprésent et omniscient qui surveille ses ouailles de manière très technologique .

Tout cela est fort bien ficelé , avec un art de l’écriture qui n’a plus à faire ses preuves . Tout à fait à la hauteur du Rapport de Brodeck ou des Ames grises. 








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire