mardi 17 avril 2018

Les enfants du fleuve

Lisa Wingate







  • Broché: 448 pages
  • Editeur : Les escales éditions (5 avril 2018)
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : Aude Carlier
  • ISBN-10: 2365693156
  • ISBN-13: 978-2365693158










Les secrets de famille ont souvent recours aux lois du hasard pour refaire surface, et venir hanter les nuits et les jours des héros les plus pugnaces de la littérature. 

C’est ainsi qu’Avery Stafford, avocate promise à une brillante carrière politique, perd un bracelet hérité de sa grand-mère, au cours d’une visite officielle dans une maison de retraite. Le bijou lui est cher, assez pour tenter de la récupérer. C’est alors que le doute s’insinue : qui est cette vieille dame qui prétend que le bracelet lui appartient. Et pourquoi a-t-elle une photo sur laquelle l’un des personnages ressemble à sa grand-mère? Et ce n’est pas celle-ci qui pourra l’éclairer , puisqu’elle se bat avec la disparition de ses souvenirs.

Si la patience et la ténacité d’Avery est mise à rude épreuve dans son combat pour éclaircir le mystère, la patience du lecteur subit le même sort : tout le problème est de savoir ce qui lie cette histoire à celle des enfants de la Société des foyers d’enfants du Tennessee , et de ses horribles procédés de rapt d’enfants pauvres destinés à être vendus à des familles riches en mal d’enfant.

Et c’est donc en alternance que l’on vit le  cauchemar de ces gamins, et la quête obstinée d’Avery. 

Outre le fait que l’histoire est bien contée, avec une intrigue amoureuse savamment distillée, et un savoir-faire dans l’art de mettre en scène les données historiques , tout le mérite est de mettre en lumière ce sombre commerce et de rendre hommage aux victimes de l’odieuse Georgia Tann, qui a réellement existé et a organisé pendant des années ce trafic d’enfants. Ce n’est hélas pas un cas isolé dans l’histoire de l’humanité (et les enfants ne sont pas les victimes des trafiquants) , mais les faits méritent d’être exhumés, et portés à la connaissance des générations actuelles, avec les risques que cela comporte.


Avery, grâce à la plume de Lisa Wingate, a fait la lumière sur l’histoire occulte de sa famille, mais combien resteront dans l’ignorance? Ce roman sera t-il l’occasion pour certains familles de tenter de mettre au clair leur filiation? 


Au cours des longues année de ma vie, j'ai appris que la plupart des gens font de leur mieux pour vivre ensemble. Ils ne cherchent pas à nuire. Si cela arrive, ce n'est souvent qu'un effet secondaire terrible de leur lutte pour survivre.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire