lundi 30 avril 2018

Un peu, beaucoup, à la folie

Liane Moriarty






  • Broché: 528 pages
  • Editeur : Albin Michel (31 janvier 2018)
  • Collection : A.M. ROM.ETRAN
  • Existe en version numérique 
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : Sabine Porte







Si l’on reprend les choses dans l’ordre, Liane Moriarty nous rapporte un fait divers plutôt banal. Oui mais voilà, lorsque les événements sont distillés au compte goutte, dans le désordre et avec des éléments manquants façon puzzle, la nature humaine et surtout le cerveau du lecteur est ainsi fait qu’avoir affaire à des personnages pour en savent plus que lui et prennent un malin plaisir à faire des sous-entendus, ça l’excite terriblement et produit une compulsion à trouver les pages encore et encore!
Pas question de révéler quoi que ce soit, au risque de faire baisser cette tension jubilatoire. Disons quand même que l’affaire se déroule dans une zone résidentielle plutôt chic. Derrière les murs des pavillons coquets, cependant, les familles dissimulent des secrets, des traumatismes, des remords ou des regrets. Et c’est à partir d’une de ces bonnes intentions dont l’enfer est pavé, un barbecue entre voisins, qu’un drame se produit. Il faudra patienter quelques centaines de pages pour tout comprendre.
L’auteur manie le scalpel avec adresse pour dévoiler l’intimité de ses personnages. Sans négliger de jeter en pâture quelques fausses pistes, histoire de corser la réflexion.
Les bons, les méchants, les victimes, les coupables, tout n’est pas si simple.  D’autant que que l’évolution est possible. 
En filigrane , les problèmes existentiels de la middle class australienne apparaissent bien superposables à ceux que rencontrent un peu partout dans le monde les familles qui n’ont pas à lutter pour survivre. 

Aussi addictif que les précédents romans, de Liane Moriarty.


Un mot sur la traduction du titre, Trudly, madly, guilty, , par grand chose à voir avec Un peu, beaucoup à la folie, qui de plus induit une confusion avec d’autres romans ou films portant le même titre.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire