jeudi 30 mai 2019

Saltimbanques

François Pieretti







  • Broché: 232 pages
  • Editeur : Viviane Hamy (17 janvier 2019)
  • Collection : Domaine français- Les contemporains
  • Existe en version numérique 
  • Langue : Français












Avec Nathan, nous sommes conviés au  retour dans la maison familiale désertée depuis de nombreuses années. Les parents sont d’autant plus murés dans un silence habituel qu’ils viennent de perdre leur deuxième fils, Gabriel, dont Nathan n’a gardé que des bribes de souvenirs, celles d’un ado peu loquace. Nathan ne sait presque rien de ce frère décédé dans un accident de la route, alors qu’il était sous l’emprise de substances illicites. La quête est impérieuse et c’est en se mêlant à une troupe de saltimbanques que le jeune homme tentera de rassembler les éléments pour reconstruire l’histoire de ce frère méconnu. 

Le ton n’est pas plaintif, le deuil est symbolique, et relève plutôt e la compassion pour la douleur des proches. Ce n’est pas non plus le récit d’une tentative de partager enfin des émotions et de mettre des mots avec ses parents, tant le fonctionnement familial semble immuable. C’est plutôt une quête de lui-même, que la mort remet au goût du jour. Bilan et perspectives.

Au delà des réponses illusoires, le chemin se pourvoit sur des routes de hasard. les rencontres insolites feront le lit d’un nouvel horizon.


Malgré des qualités  de narration incontestables, je n’ai pas vraiment réussi à me passionner pour cette errance existentielle, qui m’a laissée un peu au bord de la route. Et la rupture franche du cadre, même si elle s’explique dans le contexte, avec la nécessité de passer à autre chose, m’a semblé trop artificielle et trop éloignée de la premier partie. On ne parle plus du tout de ce qui a conduit à cette fuite.




Je ne quittais rien d’important. Quelques connaissances qui oubliaient de rappeler, d’autres qui ne rappelleraient pas. J’étais parti à la mauvaise époque, et je n’avais jamais su m’accrocher au point de faire fonctionner ce mécanisme de fraternité qui liait certaines personnes entre elles. 

*

Mon père en profitait pour se rouler de fines cigarettes qu’il tenait entre le pouce, l’index et le majeur. Sa langue passait deux fois sur la mince bande de colle. Il venait d’une génération qui ne s’arrêtait pas toutes les deux heures pour faire des pauses et voyageait souvent de nuit. 

*

 Le malaise qui nous séparait était profond: il avait fallu du temps et de la distance pour que mon père accepte de me reparler, plus de temps et de distance encore pour que j’accepte de revenir, pour l’amour de ma mère. J’avais loué une chambre de bonne à Paris. Ils n’ont jamais appris l’enfer qu’avait été mon installation dans la capitale, tout drapé que j’étais dans mon orgueil imbécile.





















François Pieretti est né en 1991. Il a grandi dans un petit village de la Seine-et-Marne.

"Saltimbanques" (Viviane Hamy, 2019) est son premier roman. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire