vendredi 17 mai 2019

Vigile

Hyam Zaytoun








  • Broché: 124 pages
  • Editeur : Le Tripode (3 janvier 2019)
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français







Rien à reprocher à ce récit. Style sobre, digne, en parfaite harmonie avec le thème. Le sujet est grave, totalement ancré dans le réel, ressenti avec délicatesse et justesse. La plume est sensible, et sait transmettre les émotions. 


Et pourtant je ne peux lui attribuer la note qu’il mérite, tant j’ai souffert à la lecture de ces pages. Trop de réminiscences, trop de souvenirs enfouis, qui reviennent  combattre un optimisme affiché,  tout ce que fait le sel de la vie. Que ce soit les deuils personnels ou ceux qu’il a fallu porter en soutien à des familles éprouvées, tout cela, il est des des moments ou l’on préfère les occulter derrière un voile atténuant les angoisses.

Bien sûr, il faut les dire, ces souffrances, ces espoirs, ces peines inévitables, c’est juste que c’est parfois trop lourd à lire. On souffre avec la jeune femme, avec ses enfants, on reprend espoir au moindre signe, sans y croire vraiment, difficile de retenir des larmes de compassion.


Malgré l’écriture superbe, toute en retenue et pourtant très expressive, j’aimerais beaucoup relire cette auteure autour d’un autre thème.



Pourquoi cette blessure? Pourquoi cette façon que tu as eue de ne pas sentir alors que tu sens si bien? Ceux qui te connaissent savent. On ne peut qu’être stupéfait. Tu sembles si solide. Le temps n’a pas de prise sur toi. Tu fais si jeune et les seize ans qui nous séparent l’un de l’autre ne se devinent pas. Tu portes tes deux enfants dans les bras sans ciller. Tu vas aider les copains à déménager, à bricoler. Tu n’es jamais malade. Et c’est arrivé, comme cela, d’un coup. Le cœur. 
Je me sens tellement coupable. 

*

Certaines nuits sont plus épaisses que d'autres. Celle-ci est trouée de tristesse.




Hyam Zaytoun est une actrice et auteure française.

Après plusieurs années de danse contemporaine, elle découvre le théâtre au lycée. Plus tard, tout en suivant des études littéraires (hypokhâgne et khâgne, puis une Maîtrise et un DEA en Arts du Spectacle ) elle passe le concours du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique et intègre la classe de Dominique Valadié, puis celle de Catherine Marnas et enfin Jacques Lassalle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire