samedi 3 décembre 2011

Le temps des crises

Michel Serres 























Dense, poétique, visionnaire



Dense : c’est le premier qualificatif que m’évoque ce tout petit livre de Michel Serres. Les 79 pages ne pourront être parcourues à toute vitesse, au risque de passer totalement à côté du propos.



Poétique : la langue est magnifique, riche, complexe : c’est du lourd! C’est ce qui en fait aussi la difficulté. Les concepts et idées nécessitent la création de néologismes qui ont du sens mais soumettent le lecteur à une gymnastique linguistique et intellectuelle, qui, à mon avis mérite d’être pratiquée. Complexe également la construction des phrases, nécessitant souvent une relecture pour que le sens apparaisse. C’est tout à fait jouable sur un texte aussi court (et lorsqu’on s’attaque à un Michel Serres plus prolixe, la petite musique de ce style particulier se fait coutumière et atténue les aspérités de ce chemin de lecture).



Visionnaire : le propos est ici de montrer que les manifestations d’un malaise mondial, que ce soit sur le plan financier ou social, ne sont que des symptômes émergents d’un bouleversement annonçant une nouvelle ère de l’histoire de l’humanité. La crise résulte du fait que les profondes modifications de nos modes de communication, de l’agriculture, de la gestion des conflits entre nations entre autre ne sont pas en adéquation avec l’immuabilité de nos institutions. De nouveaux schémas de gestion doivent être inventés pour sortir l’humanité de cette ornière

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire