mercredi 4 janvier 2012

Manifeste hédoniste

Michel Onfray

























Constitué de deux parties, cet ouvrage donne en premier lieu la parole à l’auteur, Michel Onfray, chantre de l’hédonisme, doctrine philosophique que fait de la recherche du  plaisir le but ultime de la vie. L’auteur redéfinit donc les grandes notions classiques de la philosophie : éthique, esthétique, érotique, bioéthique, politique, à la lumière de la philosophie hédoniste et de la volonté libertaire. 
Comme à l’accoutumée l’écriture est aisée à comprendre, à la portée des non spécialistes,et jubilatoire. Il est vrai qu’il ne peut pas être désagréable de découvrir  d’aussi belles formules qui de plus mettent de façon claire en mots ce que l’on ressent profondément mais que l’on ne saurait exprimer faute du talent nécessaire à cet exercice de style

Michel Onfray donne ensuite la parole, après une courte présentation, à une palette d’invités, amis et co-religionnaires (très mauvais terme pour cependant pour des athéistes convaincus que sont la plupart des personnes concernées) ayant comme point commun de rejeter le conformisme ambiant et d’adhérer dans leur domaine au principe hédoniste. Il en est ainsi Titouan Lamazou, navigateur et artiste, de Jean-Lambert Wild, directeur du Centre Dramatique national de Normandie, de Gérard Garouste, créateur de La Source, sorte de resto du coeur pour l’expression artistique, de la chanteuse Juliette, ou de Guy Bedos. Deux chapitres sont consacrés à l’université populaire de Caen et à l’université populaire du goût qu’une équipe de bénévoles anime, permettant à un large public de bénéficier de conférences de qualité, que ce soit dans le domaine de la philosophie, ou devrais-je dire de la contre-philosophie, ou de la gastronomie, dans une visée bien entendu hédoniste. Hommage mutuel des invités à l’auteur aux invités, la force des liens qui les unit est réconfortante, tant les critiques parfois extrêmement délétères ont pu donner l’impression d’un isolement proche du bannissement pour le philosophe qui ose attaquer les fondements de notre société


Citation

Les hommes ignorent leur place dans l’univers. S’ils la connaissaient, ils prendraient mesure de la démesure du cosmos et de l’insignifiance de leur existence. Nous faisons un événement considérable de notre vie qui importe aussi peu que l’être d’une feuille dans un arbre. Les glissements de l’éphémère sur le miroir d’une mare d’eau croupie résument le destin de chacun qui se croit monde à lui tout seul


1 commentaire: