jeudi 18 juillet 2013

Les Oreilles de Buster

Maria Ernestam






  • Broché: 409 pages
  • Editeur : Gaïa (7 septembre 2011)
  • Langue : Français
  • Traduction (suédois) : Esther Sermage
  • ISBN-10: 2847202021
  • ISBN-13: 978-2847202021
  • Existe en poche et ebook













Quand le bilan d'une vie s'écrit sur les pages d'un petit cahier orné de roses, les révélations peuvent faire voler en éclats les apparences. L'enfance d'Eva se déroule aux côtés d'une mère hystérique et machiavélique et d'un père laxiste. Elle fait rapidement le constat qu'il est préférable de ne compter que sur soi-même. Et que toute offense mérite châtiment. Buster, l'horrible chien des voisins lui servira de modèle. C'est à 56 ans que tous ces traumatismes refont surface, quand Eva prend la plume et se confie aux pages blanches. 

On sait dès les premières lignes qu'Eva a tué sa mère. Ce qui sera révélé est le long chemin de souffrance de cette petite fille au destin de Blanche-Neige (miroir, mon beau miroir...). Avec une grande puissance d'évocation, et une intensité psychologique qui sollicite sans relâche les émotions du lecteur. 

L'auteur dresse également un constat sur les effets pervers de l'éducation : que les parents reproduisent des schèmes de maltraitance ou qu'ils adoptent une conduite opposée à celle qui les a fait souffrir, le résultat sur leur progéniture est imprévisible. 

Le défilé des couples qui constituent le réseau social d'Eva a quelque chose de pathétique , et c'est l'humour qui sauve le récit du désabusement. 

Quelques remarques acerbes sur les insuffisances du système social danois complètent l'ensemble, bien repéré  dans le cadre historique des 50 dernières années. 

C'est donc un roman d'une grande intensité psychologique , habilement mené pour ménager une attente interrogative chez le lecteur, piégé et heureux de l'être.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire