mardi 12 mai 2009

L’homme qui souriait

 



 

Henning Menkel

Kurt Wallander, dépressif et alcoolique, décide de reprendre son activité policière provisoirement suspendue sur une affaire impliquant l'un de ses amis. 2 cadavres et une tentative de meurtre dans un cabinet d'avocats, une nouvelle collègue, un puissant businessman inattaquable : voilà les ingrédients d'une recette...qui m'a un peu laissée sur ma faim.

L 'intrigue ne se dénoue que dans les toutes dernières pages; beaucoup de longueurs et de répétitions.

Par ailleurs, j'attends des polars qu'ils me fassent visiter des milieux particuliers, comme le fait très bien PD James. Ici ce n'est pas le cas, car les agissments du supposé coupable sont si cryptiques, que l'on explore rien

C'était mon premier Menkel : je lui donnerai une autre chance...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire