mercredi 4 janvier 2012

L'étrangleur de Cater Street

Anne Perry


























Il m’ a semblé logique de découvrir l’oeuvre d’Anne Perry avec le premier roman de la série. Un étrangleur utilisant un fil à couper le beurre s’attaque à des jeunes filles sans liens entre elles, semant la terreur dans le quartier habituellement calme. L’inspecteur Pitt mène l’enquête : la piste de brigands professionnels est vite écartée, car le vol n’est pas le mobile. Il s’agit donc de repérer au sein de cette société bien pensante qui est le pervers capable de tels méfaits. Il s’en suit une ambiance extrêmement lourde, de méfiance,  de suspicions, enfants soupçonnant leur père, femmes soupçonnant leur mari, ce qui amène inévitablement à des règlements de compte pour des histoires sans rapport avec les crimes. Personne n’en sort indemne. Jusqu’à ce que la pugnacité de notre inspecteur, et 
la mise en danger de Charlotte, l’héroïne, permette de révéler l’identité du tueur en série

La mise en place est très longue et laborieuse avec de nombreuses redites quant aux convictions sociologiques des différents protagonistes. Il faut avoir parcouru presque 200 pages sur les 350 et quelques pour que l’action démarre. Certes je suis friande des écrits concernant l’Angleterre victorienne, mais là, c’est tout de même un peu lassant, et surtout en raison des répétitions nombreuses

Quant à l’intrigue policière, une fois que l’on a éliminé tous les suspects trop évidents, il y a trop peu de personnes insoupçonnables et donc coupables pour que l’on ne se doute pas rapidement de la solution. C’est là que l’intérêt se réveille, pour aller vérifier son postulat

Le point fort du roman tient à mon avis dans l’analyse des conséquences induites par l’enquête au sein de cette famille au fonctionnement huilé, prisonnière du carcan des conventions, et qui va être amenée à ébranler ses convictions. Pour se disculper d’un acte grave, les hommes devront aussi mettre en lumière des agissements dont ils auraient préféré qu’ils restent tus.

Bien entendu, on n’échappe pas au franc parler de Charlotte, dont le raisonnement et la vivacité la mettent à l’écart des standards de la féminité, pour rallier le féminisme avant l’heure. En cela on retrouve des schémas très inspirés de Jane Austen  : deux filles à marier, une frivole et ambitieuse, une trop indisciplinée pour faire l’objet d’une demande en mariage, but ultime et consécration pour toute jeune fille de bonne famille. Jusqu’à la jeune femme jouant (mal) du piano pour animer une réception. 

Un peu déçue par la construction, je poursuivrai cependant l’exploration de cet univers, espérant que les longueurs signalées ne se retrouveront pas dans les romans suivants.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire