dimanche 10 mai 2015

Cosmos

Michel Onfray







  • Broché: 528 pages
  • Editeur : FLAMMARION (19 mars 2015)
  • Collection : DOCS,TEMOIGNAGE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2081290367
  • ISBN-13: 978-2081290365







C’est sans doute une bonne manière de faire connaissance avec l’auteur. Connaissance assez intime cette fois, puisqu’il nous confie des blessures personnelles, des souvenirs nostalgiques mais positifs par leur caractère fondateurs. C’est aussi un hommage émouvant à son père, simple ouvrir agricole, mais transmetteur d’une sagesse admirable.

Cependant Cosmos n’est pas uniquement une autobiographie, c’est aussi l’occasion de revenir sur des thèmes chers à Michel Onfray, qui égratigne voire lacère  la corrida (cela dit, n'y aurait-il pas dans ce chapitre un recours au sophisme dans sa plus mauvaise utilisation : cinq personnalités aiment la corrida  ils étaient de leur propre aveu impuissants, tous les pervers qui aiment la corrida sont impuissants? Et ce n'est pas pour prendre leur défense : je hais la corrida). Il règle le compte de la fiction d’un messie qui n’a existé que par la volonté de soumettre les peuples en un délire auquel ne croirait aucun enfant de plus de sept ans, il regrette la perte des références à la nature, aux saisons, au ciel (celui des étoiles pas celui du patriarche qui fait le compte de nos péchés).  Fustigé également le chantre de la biodynamie, une sorte d’homéopathe de l’agriculture. 


L’on y trouve par ailleurs un éloge de la vie des tsiganes (avant qu’eux même perdent leur âme bien aidé par les progrès (?) technologiques.
L’auteur nous livre aussi sa prise de position face au végétarisme, croyant mais non pratiquant, refusant en tout cas les positions extrême et non viables du végétalisme, voire des vegans (qui renoncent même à utiliser tout ce qui a un rapport quelconque avec les animaux, seuls les Jaïns les surpassent, en promenant devant eux un balai pour éviter de marcher sur des êtres vivants tout petits et donc invisibles). 

Bien d’autres thèmes sont abordés : l’art, musique ou peinture, le deuil, oenologie, en y apportant le regard de l’hédonisme, dans une cohérence irréprochable si l’on se réfère à la définition de cette philosophie : « il n'y a pas d'hédonisme sans discipline personnelle, sans ascèse, sans connaissance de soi, du monde et des autres. Les fondations directes d'une philosophie hédoniste sont la curiosité et le goût pour l'existence d'une part, et d'autre part l'autonomie de pensée (et non la croyance), le savoir et l'expérience du réel (au lieu de la foi). La pensée hédoniste a été fermement combattue par les principales religions monothéistes ».





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire