samedi 23 janvier 2016

L'île des chasseurs d'oiseaux

Peter May










  • Poche: 424 pages
  • Editeur : Actes Sud (2 novembre 2011)
  • Collection : Babel noir
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : Jean-René Dastugue
  • ISBN-10: 2330001339
  • ISBN-13: 978-2330001339










Remarquable! A étiqueter « valeur sûre ». Un écrivain de cet acabit n’a rien à envier à la littérature blanche : le noir est souvent la couleur du talent.

Les paysages de l’Ecosse septentrionale sont d’une beauté lugubre, magnifiée par les descriptions sublimes de Peter May. Ils sont en harmonie avec l’humeur de Fin MacLeod, endeuillé par la perte récente de son fils unique âgé de huit ans .

Un meurtre a été commis, éliminant une ordure, un connard veule et bas de plafond, que personne ne pleurera. La mis en scène du crime est spectaculaire, et rappelle un autre meurtre récent à Edimbourg? Y a-il un lien entre les deux affaires? C’est ce que devra établir Fin, qui avait planché sur la première affaire.  Pourquoi accepte -t-il cette mission que lui confie son supérieur, qui le contraint à venir sur les lieux de son enfance? Régler des comptes, avec lui-même ou avec les acteurs des drames de son enfance? Car l’on découvre peu à peu l’ampleur du désastre : rien n’aura été épargné à cet enfant rapidement orphelin. Les amis, les amours, les emmerdes….

Au coeur du récit, une formidable évocation d’une tradition très réglementée aujourd’hui, celle de la chasse aux gugas, les bébés fous de Bassan, recherchés pour leur chair unique « avec une saveur qui se situait plutôt entre le steak et le hareng fumé ». C’est aussi un rite de passage et un sanctuaire de secrets , de ceux qui soudent une communauté. Et l’on pressent que tout est parti de là, lorsque Fin s’y rendit, contre son gré, pour la première fois.

L’histoire se construit à petites touches, au gré des confidences et des révélations que suscitent le retour de l’enfant du pays après 18 ans. C’est un puzzle maudit dont les pièces ont été éparpillées par les non-dits et l’amnésie. La reconstitution de l’histoire ravive les plaies, et en crée de nouvelles, mais Fin le sait, l’apaisement est à ce prix. Malgré tout, les erreurs commises, par négligence, bêtise ou ignorance laissent des cicatrices indélébiles et des destins gâchés. Fin est un loser de l’amour, un aveugle des sentiments, un infirme du bonheur.


L’intrigue policière n’est pas l’essentiel du récit, et l’auteur n’insiste pas sur l’hémoglobine. La violence est latente, dans les mots, et prête à surgir au  bout des poings pour peu que l’alcool ait imprégné et échauffé les esprits. Elle a aussi fait d’énormes dégâts bien avant, lorsque la cruauté est la norme pour se construire dans les cours de récré, ou sous le toit familial.

Très belle découverte. Et immense plaisir de savoir que ce tome est le premier d’une trilogie : le rendez-vous avec Fin MacLeod et cette superbe contrée écossaise laisse entrevoir de nombreuses heures de bonheur de lecture.



1 commentaire:

  1. J'aime beaucoup le style de Peter May et tout particulièrement l'ambiance écossaise.

    RépondreSupprimer