mercredi 21 septembre 2016

Station eleven

Emilie St John Mandel







  • Broché: 480 pages
  • Editeur : RIVAGES (24 août 2016)
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais)  : Gérard de Chergé
  • ISBN-10: 2743637552
  • ISBN-13: 978-2743637552
Œuvre de science fiction pour ceux qui n'aiment pas la science fiction (et les autres). Et c'est tellement vraisemblable que c'en est flippant.

Les pandémies constituent un thème récurrent des romans post apocalyptique et ça nous parle : les scénarios imaginés par nos ministères de la santé lors de la menace de grippe aviaire qui nous avait fait regarder d'un œil suspicieux tout cygne sauvage pris à survoler nos poulaillers, faisaient froid dans le dos. Tant qu'il y aura du kérosène , il y aura des migrations intercontinentales qui favoriseront ce risque potentiel de contamination et il suffit d'un virus un peu plus hargneux que la moyenne pour que le drame potentiel devienne réalité .

Nous  sommes conviés à une dramatique interprétation du roi Lear (l’acteur qui incarne le roi meurt sur scène) lorsque les premiers cas de grippe foudroyante commencent à faire parler d’eux dans les médias. Tout va alors très vite et l’humanité se réduit rapidement à une poignée d’individus naturellement protégés ou ayant eu la chance de ne pas être exposés.
Les instants de survie les plus primaires régissent les comportements et si l’on attaque pas il faut se défendre. C’est l’occasion de prendre conscience de la fragilité de ce qui fait notre confort : l’éclairage, le chauffage, la conservation de la nourriture disponible en quantité (en ce qui concerne notre monde occidentale) sans parler des innombrables gadgets qu’on nous a vendu comme incontournables.

La Symphonie Itinérante parcourt les décombres de la civilisation décimée en déclamant Shakespeare parce que l’art constitue l’espoir et l’espoir est nécessaire quand on a tout perdu. Rien à voir avec des super héros :

« Et tous ces gens, avec leur collection de petites jalousies, de névroses, de syndromes post-traumatiques non diagnostiqués et de rancœurs brûlantes, vivaient ensemble voyageaient ensemble, répétaient ensemble, jouaient ensemble trois cent soixante-cinq jours par an, compagnie permanente, en tournée permanente »

Le fil rouge du roman, le lien avec le temps d’avant la pandémie dans cette histoire où les prophètes surgissent du terreau de la détresse humaine, tourne autour du manuscrit d’un roman graphique né de l’imagination de la compagne du célèbre acteur disparu à la veille de l’épidémie.

C’est encore un fois très angoissant parce que terriblement plausible. Et Bruce Willis n’est pas là pour empêcher quoi que ce soit. La terrible réalité est là, du jour au lendemain, l’humanité fait une bond en arrière de  quelques dizaine de milliers d’année, et le désarroi des survivants est à la mesure d’un paradis perdu dont ils n’avaient  pas conscience.

C’est très bien écrit et mon seul regret tient à ce que je m’attendais à y trouver beaucoup plus de Shakespeare, qui n’est là que virtuellement. A peine quelques tirades viennent ponctue le récit.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire