Par les routes

Sylvain Prud'homme








  • Broché : 304 pages
  • Editeur : Gallimard (22 août 2019)
  • Collection : L'arbalète
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français







Par les routes, ce sont des décors. Avec un point de ralliement choisi par le narrateu , dans une petite ville du sud qui sert de point fixe à une cascade de départs et de rencontres. Des petites bourgades qui constituent le maillage rural de notre sol, on se délectera de leur nom, qui est le motif avoué de leur visite, pour le squatter de véhicules, héros de ce roman. (L’auteur connait-il l’existence de ce rassemblement annuel dans une petite ville de Bretagne, destiné à célébrer ces communes au nom improbable?) 

Ce sont aussi des personnages. 

Le narrateur, artiste, écrivain, éternel ado qui a cependant pris conscience du temps qui passe, sans pour autant rechercher à se créer des attaches stables. Un coucou sympa, mais un coucou quand même.

L’auto-stoppeur, objet de toutes les questions, un type auréolé de mystère, cultivant le doute, et incapable de résister à l’appel du chemin. Il m’a tout de suite fait penser à Augustin Meaulnes, celui-là, éternel fugitif, créant le manque et semant le doute autour de lui. Un vrai romantique contemporain.

Et puis les femmes, Jeanne, Marie, de belles personnes, qui donnent sans contrepartie, jusqu’au point de non retour.

 Il en naît une curieuse histoire, portée par la magie d’une écriture fluide, nimbée de poésie et de tendresse, qui m’a emportée presque malgré moi sur les traces laissées par le voyageur impénitent .

Une belle découverte , qui vient d'être récompensée par l'attribution du Prix Fémina








J'aime et redoute à la fois l'idée qu'il existe une ligne d'ombre. Une frontière invisible qu'on passe, vers le milieu de la vie, au-delà de laquelle on ne devient plus : simplement on est. Fini les promesses. Fini les spéculations sur ce qu'on osera ou n'osera pas demain. Le terrain qu'on avait en soi la ressource d'explorer, l'envergure de monde qu'on était capable d'embrasser, on les a reconnus désormais. La moitié de notre terme est passée. La moitié de notre existence est là, en arrière, déroulée, racontant qui nous sommes, qui nous avons été jusqu'à présent, ce que nous avons été capables de risquer ou non, ce qui nous a peinés, ce qui nous a réjouis.  Nous pouvons encore jurer que la mue n'est pas achevée, que demain nous serons un autre, que celui que nous sommes vraiment reste à venir - c'est de plus en  plus difficile à croire, et même si cela advenait, l'espérance de ce nouvel être va s'amenuisant chaque jour, cependant que croît l'ancien, celui que nous aurons de toute façon été pendant des années, quoi qu'il arrive maintenant.







Sylvain Prud'homme est un écrivain français né en 1970. Il est agrégé de lettres modernes Il  écrit depuis 2003 et a reçu plusieurs distinctions dont le prix Fémina en 2019 pour Par les routes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

Nuit nigériane

Articles populaires