mardi 10 mars 2020

Sauf que c'étaient des enfants

Gabrielle Tuloup






  • Broché : 169 pages
  • Editeur : Philippe Rey (2 janvier 2020)
  • Collection : Roman français
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français









C’est une sombre histoire d’une dignité bafouée, et d’un corps utilisé salement. Par des petits cons qui ne mesurent pas non seulement les dégâts psychologiques de leur victimes mais aussi l’anéantissement de leurs plus vagues projets d’avenir. Même si ce sont des enfants. 

Dans cette banlieue qui fait partie des zones d’éducation prioritaire, les adultes aussi se sentent en faute : qu’ont-ils raté pour ne pas avoir prévenu, repéré, éduqué? C’est une immense remise en question . Et c’est avec un grand courage que le proviseur qui avait préalablement demandé sa mutation revient sur cette décision, pour assumer, et être là auprès de son équipe.

La victime n’est pas oubliée, et on souligne son courage d’aller jusqu’au bout de la dé marche, au risque que la révélation du crime ne la pointe du doigt comme coupable! C’est ainsi avec le viol, on ne peut empêcher les suspicions de consentement, voire de complaisance. 

Le roman se s’attarde pas sur les jeunes violeurs. C’est vraiment sur les proches, famille, et enseignants que se concentre l’auteur.,


Un récit qu’on voudrait classer dans les pures fictions, tant il est dérangeant, et transforme l’avenir de ceux qui subiront les retombés en séparant leur temps en avant et après. 



Pas de surenchère dans le pathos, juste une belle analyse.



Son établissement présente bien. La façade de briques ordonnées, en vis-à-vis des cités, exhibe fièrement les principes républicains. Lusnel a enseigné dix ans dans le 93 avant de prendre de nouvelles responsabilités. Il était professeur d’histoire, il connaît la nécessité des devises, leur limite. Homme sensible, mais factuel, il a rangé son violoncelle et acheté des cravates de couleur. Voilà quatre ans qu’il est principal au collège André-Breton de Stains. Les manuels lui ont appris la Terreur et les révolutions, alors il fait en sorte que la vie soit organisée, maîtrisable. Il s’en ira sûrement à la fin de l’année, il a demandé sa mutation. Ce sera plus reposant.

*

Nadège pleure, assise sur le canapé, les genoux serrés. Les autres accusent le coup. Certains se demandent s’il y avait quelque chose qu’il aurait fallu faire avant, s’ils ont raté un truc. Ils endossent malgré eux une responsabilité quasi parentale.
Emma est à mille lieues de ça. Son corps, en un réflexe, vient de rejeter Nadir, Damien et leurs complices.
Et puis ça lui revient tout à coup. Elle se prend une deuxième claque. Peut-être plus violente encore que la première. Elle se repasse le film, tâche de remettre les éléments dans l’ordre. C’était il y a huit jours. Elle recompte, huit jours exactement, c’est ça. Ils en ont parlé devant elle et elle n’a rien compris. Comment a-t-elle pu passer à côté ?


*

Collège André-Breton
Stains
Année 2014/2015
Rapport d’incident

à remettre au professeur principal, au CPE (et si nécessaire à la direction)
Date et heure de l’incident
Vendredi 30 janvier 2015 – 17 heures
Lieu précis de l’incident
Salle B13
Identité de l’élève impliqué
Nom et Prénom : Ayouch Moussa
Classe : 5e B
Description détaillée de l’incident
Au milieu du cours, alors que la classe était plutôt agitée (dernière heure avant le week-end), Lindsay s’est plainte que Moussa lui avait volé son stylo quatre-couleurs.
Je suis intervenu pour lui demander de le rendre. Il a d’abord dit qu’il ne l’avait pas. Lindsay a insisté, il lui a alors rétorqué :
« Ferme ta bouche, toi, il est à moi. J’l’ai pas volé. »
J’ai décidé de reprendre le cours car le reste de la classe attendait. La situation n’a donc pas été réglée. Moussa a filé à la fin de l’heure avant que je puisse l’intercepter.
Information de la famille
La famille de l’élève a été informée de l’incident
☐ OUI ☒ NON
Si OUI,
☐ Par le carnet de liaison de l’élève ☐ Par téléphone
☐ Par une CPE
☐ Autre (à préciser) :
Punition
L’élève a été exclu ☐ OUI ☒ NON
Une punition a-t-elle été déjà donnée par le signataire ☐ OUI ☒ NON
Si oui, laquelle :
Suite à donner
Appel à la maman ?
Rapporteur de l’incident
Nom et prénom : LEFEBRE François
Fonction : Prof. histoire-géo
Date et signature : 30/01/15
Et maintenant ? Est-ce qu’il faut vraiment qu’elle saisisse ça dans le logiciel ? « Appel à la maman ». Quelle ironie.
Mme Ayouch, elle l’a déjà reçue, il n’y a pas quinze jours. Elle est arrivée impeccablement à l’heure, dans une robe lumineuse en wax, avec ses lèvres maquillées et une petite pochette à chaînette en guise de sac à main. Elle affichait un grand sourire quand elle a demandé si tout allait bien.







Gabrielle Tuloup est professeur agrégée de Lettres et slameuse. Elle a grandi entre Paris et Saint-Malo.

Championne de France de slam 2010, elle utilise cette discipline pour transmettre son goût de la langue aux élèves du collège Diderot d’Aubervilliers.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire