samedi 6 juin 2020

L'âne mort

Chawki Amari






  • Broché : 176 pages
  • Editeur : L'OBSERVATOIRE (8 janvier 2020)
  • Collection : FICTION










C’est un curieux roman, déjanté et érudit. Nous sommes en Algérie, et le libraire  qui ouvre le bal de cette histoire vient de tuer sa sixième épouse, mais semble plus préoccupé par  la loi de la gravitation que par son forfait!

Pendant ce temps Tissam, Lyès et Mounir quittent  Alger dans un vieux break poussif. Deux jours plus tôt, à la recherche d’une bonne idée pour gagner de l’argent, ils sollicitent l’aide d’un ex-commissaire qui a fait fortune dans la fausse monnaie. Par accident, ils tuent l’âne fétiche du commissaire, et ne trouvent leur salut que dans la fuite. Suit un road-trip en Kabylie, avec un âne mort recherché dans tout le pays dans le coffre.

Le mélange des genres est ici réjouissant : les questions existentielles des trois quadragénaires alternant avec des exposés d’épistémologie scientifique, alors que l’humour allège le propos et que la poésie suinte au cours de chaque chapitre. 


Le trio est escorté d’une cohorte de personnages délirants, d’Amel 4G (de fausses bonnes idées à haut débit) à Achour qui fait basculer de gros rochers depuis son refuge dans la montagne, et surtout Izouzen, ce libraire psychopathe, influencé par Barbe-Bleue.


C’est un roman qui se démarque vraiment par son écriture et et la richesse du propos, réussissante mélange des genres avec beaucoup de grâce. 

Encore une excellente suggestion de Pause Bouquins 




La désorganisation est organisée à Alger, les piétons marchent sur les routes parce que les voitures se garent sur les trottoirs, parce que, selon les automobilistes, les piétons conduisent sur la route parce que, selon les piétons, les voitures ne respectent rien.

*

Il y a dans ce plat toute une gamme de sensations, communion physico-chimique entre les arômes naturels et l'étrange consistance du couscous chaud, cette viande qui se répand dans la bouche comme un orgasme, ces carottes et ces courgettes qui s'écrasent contre le palais sans aucune résistance, attaquées délicatement par les enzymes de la salive, délivrant leurs saveurs en procurant une douce injection de ravissements étagés

*

Ce que l'on voit n'est que la projection de l'univers, ce que l'on croît être là réalité n'est que son ombre.
- L'univers est noir et muet. ce sont nos rétines qui lui donnent une image et les membranes de nos oreilles qui lui prêtent un son.

*

La deuxième pizza est prête et avalée tout aussi rapidement que la première. La discussion ne s'est pas interrompue pour autant ; sujet principal : la résistance.
- On résiste à son propre poids et on se confine dans l'interdiction de s'élever. Même l'Islam débarrassé des tentations d'Ibn Arabi, est devenu une religion lourde, une machine à réciter au progrès et au passage de la lumière.
- Un trou noir?
- Dieu crée l'homme à son image, celui-ci recrée l'image de dieu à son image, un jeu d miroirs, comme l'explique adulée
- Néo-platonicien ? 
- Acho? 
- Si l'homme est lourd, son Dieu le sera d'autant plus.
- Dans un pays conquis par l'Islam rituel et non pas mystique, difficile de résister et de ne pas devenir comme eux, conclut Izouzen. Le rite est le ciment social, si tu veux être normal, faut faire comme eux.
- C'est toute la différence; La foi est un lien vertical, entre l'homme et Dieu. La religion est un lien horizontal, entre les hommes. 








Chawki Amari
est journaliste et écrivain algérien. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1. 
Géologue de formation, Chawki Amari est journaliste-reporter, chroniqueur, caricaturiste et illustrateur, reconnu pour son talent et son impertinence. 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire