Abonnés

Pourvu que les mains s'en souviennent ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️



























Quentin Ebrard



Qui est cette rebelle, qui s’exprime avec colère contre le sort injuste qui l’a enfermée dans un établissement, qu’elle désigne comme une colonie de vacances , mais qui pourtant ne se prive pas de calmer ses accès de violence à l’aide d’une camisole chimique (même si une bonne quantité des petits cachets distribués sont détournés pour finir dans une petite boite au fond d’un tiroir ?)


Deux amis la suivent dans ses velléités d’évasion, mettant à son service leur compétence. Les tentatives de fugue à pied, multiples n’ayant pas abouti, c’est par la voie de l’air que Louise envisage de se faire la malle.


D’emblée on est perplexe avec ce personnage. Celle qui semble être une fillette, puis un adolescente, n’a en fait pas d’âge. Et ses compagnons d’infortune, non plus. Bien des indices évoquent un établissement hospitalier mais le doute persiste jusqu’à la fin. Peu à peu quelques éléments apportent une compréhension sur les circonstances de ce récit. 


Exploré du point de vue de la narratrice, le sujet  est traité de façon originale. Difficile d’en dire plus sans révéler ceci se cache derrière cette histoire un peu folle.


C’est très court, mais il n’est pas nécessaire d’en dire plus, le but est atteint. Dans un style parfaitement adapté au sujet, Quentin Ebrard m’a vraiment étonnée.


192 pages Belfond 2 mars 2023

 #QuentinEbrard #NetGalleyFrance









Des choses inexplicables se déroulent entre ces murs de pierre, et je suis la seule lucide. Dans l'indifférence, les gens meurent ici bien plus qu'ailleurs. On les enterre à la sauvette, tels des parias ou des animaux. Au petit déjeuner, nous faisons comme si rien ne s'était passé, comme s'ils n'avaient jamais existé.


*


Je réfléchis. Si nous libérons Sonia, elle nous dénoncera et tous mes efforts ont été vains. Ce retour à la case départ me tuera, j'en suis certaine, je n'aurai plus la force de tenter une nouvelle évasion. Mon corps me lâche, ainsi que mon esprit, la faute à ce château, à la nourriture qu'ils nous donnent, à l'air vicié.










Quentin Ebrard est né en 1991.

Originaire des Cévennes, il a été journaliste puis bookstagrameur.

Il est aussi responsable éditorial sur des sujets environnementaux.


Pourvu que mes mains s'en souviennent est son premier roman. 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles populaires