Abonnés

Un jour, ma fille a disparu de la nuit de mon cerveau ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

 Stéphanie Kalfon










Une seconde d’inattention aura suffi pour que leur fille disparaisse, au stand de tir de la fête foraine. Une angoisse immense les saisit, et une culpabilité dévorante, eux les parents inattentifs, imprudents. 

Pourtant quelques heures plus tard, l’enfant est retrouvée saine et sauve, et confesse avoir voulu suivre un petit chat aux yeux jaunes, jusqu’à se retrouver perdue dans la forêt puis de trouver refuge dans une cabane de chantier.


Tout va pour le mieux dans le meilleur de monde puisque la petite famille est à nouveau réunie. Et pourtant, le doute s’immisce : pour la mère, cette enfant est un coucou, un sosie, mais en aucun cas la petite fille qu’elle a perdue…




A partir de cette situation particulière, Stéphanie Kalfon construit une histoire inquiétante, puisque relatée du point de vue de la jeune mère, le doute s’immisce parfois : n’aurait-elle pas raison ? Qui est donc cette fillette qui s’efforce de ressembler à la Nina que la mère persiste à rechercher, parfois même avec la complicité de celle ci !

Par ailleurs, le thème sert de support à une analyse fine de ce que représente la relation mère-fille, de ce qu’est le sentiment d’être mère, qui ne s’explique pas par des mots mais par un ressenti. L’autrice évoque un sujet tabou : le fait pour une mère de ne pas aimer ses propres enfants. 

Excellent lecture, questionnante et fort bien construite.


 208 pages Verticales 5 janvier 2023

Sélection Prix orange 2023







La dynamique des familles obéit parfois aux mêmes règles que la physique des couleurs. Leurs complicités reposent sur un circuit de résonances et d'interférences, dans lesquelles nous sommes chacun des vases communicants. Nous nous reflétons les uns les autres, question de regard.


*


Je n'oublierai jamais cette sensation d’alourdissement. L'image noire de la forêt sombre coule goudron dans mon cerveau, ma tête se remplit d'une matière que je ne connais pas, sans lumière. Autour de moi, il y a de la vitesse, mais je me noie dans une lenteur spéciale, comment vous dire… Je suis aspirée par un irrésistible mouvement, vers un intérieur terne où les minutes s’égrènent, gigantesques et dilatées.


Stéphanie Kalfon



Stéphanie Kalfon est une réalisatrice, scénariste française, né en 1979

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article le plus récent

Après minuit ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️❤️

Articles populaires