vendredi 9 décembre 2016

Le gang des rêves

Luca di Fulvio









  • Broché: 720 pages
  • Editeur : Slatkine (2 juin 2016)
  • Existe en version numérique 
  • Langue : Français
  • Traduction (Italien)  : Elsa Damien
  • ISBN-10: 2889440060
  • ISBN-13: 978-2889440061
  • Dimensions du produit: 23 x 4,3 x 15,5 cm











Si ce roman est un coup de coeur, c’est sans doute parce qu’il porte tout ce que j’attends de la lecture : 

  • voyager dans le temps et l’espace : l’histoire commence en Italie au début du siècle dernier, et emporte rapidement la jeune Cetta et son enfant vers les Etats-Unis,  pour fuir ce court passé de violence ordinaire.
  • suivre l’évolution d’une noyau de personnages riches, (pas d’un point de vue économique, bien au contraire, et l’on pourra vérifié que l’argent ne fait pas le bonheur)), denses, animés d’une flamme  telle que jamais ils ne renoncent. Cetta, et son bébé issu d’un viol, condamnée à vendre son corps, faute de pouvoir nourrir son enfant, Christmas, le gosse des rues qui se la raconte, l’outsider des paris du destin, Ruth, la gamine riche dont l’imprudence brise la voie dorée qui lui était promise, lorsqu’elle a le malheur de croiser sur sa route le pestiféré de l’histoire, le démoniaque Bill.
  • revivre le passé d’une société en pleine évolution (mais ne l’est-elle pas en permanence?), ici New-York avec ses bas-fonds du Lower East side, aux lois imposées par la mafia.

La construction fait alterner les époques, les retours en arrière apportant un éclairage sur les situations plus récentes, et les personnages, qui se croisent ou se perdent pour leur malheur ou leur bonheur. Pas question de s’ennuyer un instant, car on redoute ou on espère ces rendez-vous  capitaux.

C’est un pavé, mais rien n’est de trop. La précision avec laquelle l’auteur décrit les personnages, à travers leurs actions, leurs doutes et leur sentiments rend l’ensemble vivant. Les dialogues sont réalistes, et le décor bien planté (l’histoire fourmille de détails qui témoignent de la qualité de la documentation (les marques de voiture à la mode, les noms des acteurs qui faisait le buzz à Hollywood -gloire éphémère : la plupart sont tombés dans l’oubli-, la marque d’un whisky frelaté….)


Un bandeau mentionne « coup de coeur des lecteurs 2016 » dont je n’ai pas identifié l’origine.
Peu importe , j’approuve totalement le choix de ce panel obscur.




1 commentaire: