vendredi 13 juillet 2018

Les Bourgeois

Alice Ferney







  • Broché: 368 pages
  • Editeur : Actes Sud Editions (16 août 2017)
  • Collection : Domaine français
  • Langue : Français












Voila un curieux roman, qui se démarque des sagas familiales par son ancrage historique fort et très bien intégré. C’est toute l’histoire du vingtième siècle, revue à l’aune de quatre générations d’une famille aisée, appartenant à la bourgeoisie, bien que le titre se réfère simplement à leur nom de famille.

Outre une analyse intéressante de l’histoire des conflits qui ont marqué ce siècle passé, de la grande boucherie de 14-18, à la guerre d’Algérie longtemps pudiquement évoquée comme « les événements » , en passant par la seconde guerre mondiale et la guerre d’Indochine, on mesure l’impact de ces événements sur les vies individuelles et l’évolution de la vie familiale.

C’est aussi une fresque chronologique qui illustre le processus lent d’une métamorphose de la condition féminine avec ses conséquences sur la cellule familiale. Avec cette impression de courbe exponentielle, avec une progression lente au départ puis extrêmement rapide. Avec cependant dans le milieu étudié, une résistance forte aux changements, et un maintien obstiné des traditions, étayées par la religion, malgré l ‘évolution importante des valeurs traditionnelles 

Témoin de la succession des naissances et des décès , qui alternent avec les mariages , le lecteur assiste en une sorte de de diaporama accéléré au déroulé du destin de cette famille. Et bien entendu, la mort y est très présente, naturelle, ou induite par la folie des hommes, mais de toute façon inéluctable et seul réelle égalité entre les humains.

C’est sans doute la mise à distance, l’observation minutieuse mais désaffectée , à la manière d’un entomologiste scrutant une colonie de fourmis, qui donne un ton particulier à ce roman. Ce n’est donc pas un  roman qui induit un attachement aux personnages, d’autant qu’ils défilent génération après génération. 

Belle chronique d’un milieu social particulier , dans la  tourmente d’un siècle mis à mal par la haine ordinaire et la mégalomanie des dirigeants peu enclin à tenir compte des malheurs individuels qu’ils créent. 



Appartenir à une époque , c'est être incapable d'en comprendre le sens, tout nous désigne que le temps dans lequel nous vivons forme une tache aveugle , l'angle mort de notre vision intelligente.

*

Qui nous garantit cependant, nous qui souvent jugeons, que nous ne prenons pas aujourd'hui des décisions qui mèneront à des violences et à des crimes bien pire que ceux dont nous les accusons, non pas de la avoir commis ou approuvés, mais de ne pas les avoir vu arriver. Le présent est lourd et opaque, la teneur des jours n'est pas historique.

*

Comprendre vichy, restaurer tel qu'il le fut le climat de l'été 1940, réclame un gigantesque effort d'imagination historique, nous dit aujourd'hui Robert Paxton qui a fait ce travail avec obstination. Il faut oublier ce qui s'est passé après. Il faut mettre en doute tout conque s'est dit à la Libération. Il faut revenir dans l'ignorance de l'avenir, dans la trace du deuil de 1914, dans le pacifisme, dans l'humiliation de la défaite.

*

Pa ordonnance, les biens des personnalités juives déchues de la nationalité française étaient mis sous séquestre et leurs entreprises sous administration provisoire. Exclusion mortifère, spoliations orgiaques, ce grand fiasco de l'humanisme européen se propageait dans le pays des Lumières.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire