vendredi 1 septembre 2017

Moderato cantabile

Marguerite Duras







  • Poche: 164 pages
  • Editeur : Editions de Minuit (1 septembre 1980)
  • Collection : Double
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2707303143
  • ISBN-13: 978-2707303141










Moderato cantabile c’est comme souvent avec Marguerite Duras une ambiance très particulière, une incursion dans un décor qu’imaginaire très cinématographique, avec le charme des films des années cinquante, un peu désuet dans le jeu des acteurs ou du cadrage, mais terriblement envoutant.

Peu de personnages : une jeune femme et son fils, une prof de piano, la tenancière d’un bistrot et un client intrusif : c’est autour d’une mort violente survenue dans le bar alors que les ouvriers de la fonderie voisine viennent trinquer à la fin d’une journée de labeur que des liens se nouent. 

L’intrigue est mince et n’aboutit pas. Beaucoup de questions sans réponse, questions amenées par les personnages, sur le crime passionnel, sur les relations troubles entre Anne et Chauvin.
Peu importe, ce n’est pas ça qui compte. Les situations successives sont terriblement banales, et c’est leur répétition , qui crée cette impression d’épaisseur, de force. C’est ce qui subsistera à distance : une répétition de piano, l’ambiance d’un café à la sortie du travail, les échanges troubles entre une jeune femme bourgeoise et un des employés de son mari qui semble connaitre beaucoup d’elle.


La fascination du crime dont elle a été quasiment témoin agit comme un détonateur dans la vie d’Anne. Un événement extérieur et fortuit bouleverse l’édifice fragile sur lequel sa vie est construite. C’est une femme peu consistante, qui réagit peu aux leçons d’éducation de la prof de musique.  Les leçons de piano deviennent un prétexte à une relation trouble avec un quasi-inconnu, avec qui elle n’hésite pas à s’enivrer. Les verrous s’ouvrent les uns après les autres. 

Une femme, un enfant, un homme de l’alcool, le décor durassien est planté. Reste au lecteur à se laisser emporter au fil des pages.

Belmondo et Jeanne Moreau ont-ils su mettre leur art au service de ce monument de la littérature?



tu pourrais t’en souvenir une fois pour toutes. Moderato, ça veut dire modéré, et cantabile, ça veut dire chantant, c’est facile. 

*

Dans le parc correctement clos, les oiseaux dorment d’un sommeil paisible et réconfortant, car le temps est au beau. Ainsi qu’un enfant, dans une même conjugaison. Le saumon repasse dans une forme encore amoindrie. Les femmes le dévoreront jusqu’au bout.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire