samedi 9 septembre 2017

Le dernier paradis

Antonio Garrido








  • Broché: 544 pages
  • Editeur : Grasset (4 mai 2016)
  • Collection : Grand Format
  • Traduction (Espagnol) : Alex et Nelly Lhermillier
  • Langue : Espagnol
  • ISBN-10: 2246859913
  • ISBN-13: 978-2246859918








Immersion dans l’univers grisâtre et anxiogène de la Russie soviétique du début du siècle dernier. Alors que la propagande laissait miroiter une vie de rêve, certains américains anéantis par les conséquences de la faillite économique, ont pu se laisser berner par les promesses d’un avenir meilleur. C’est le cas pour notre héros, Jack. La mort dramatique de son père et une altercation tragique avec son logeur, finissent par le convaincre, de tenter l’aventure, confrontés par les propos de son ami Andrew , qui ne voit pas d’autre alternative.

Fini les Etats-unis et bonjour la désillusion. On découvre la vie quotidienne du peuple russe et des immigrés dont le sort n’est pas plus fameux. L’argent achète ce qui peut  être acheté , c’est à dire peu de choses, si on ne fait pas partie des élites.
Quelques figures féminines croisent le chemin de l’américain, qui a su profiter d’opportunités pour améliorer son quotidien. Et son tempérament de fouineur le met vite sur la piste de complots ourdis contre ses compatriotes. Le danger ne l’arrête pas dans ses investigations. Passions, trahisons, soupçons, sont les ingrédients d’une recette romanesque relevée à la sauce paranoïa.
Certes dans un roman avec un certain suspens, on soupçonne un peu tous les personnages, mais ici, on sent que c’est un mode de vie. 

Hormis quelques longueurs ( et on est dans un univers où il ne fait pas bon trainer), l’ensemble se parcourt  avec plaisir (un peu moins cependant que le magnifique Lecteur de cadavre, mais il faut dire que je suis plus attirée par la médecine légale que par la géopolitique du vingtième siècle).


Mention très honorable donc pour cette fresque historique romancée, dont l’auteur commente en post face les sources, et fait la part de la fiction et des bases réelles, qui ont donné une trame à l’ouvrage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire