vendredi 5 janvier 2018

Un astronaute en Bohème

Jaroslav Kalfar























Roman foisonnant, qui explore de multiples horizons, de l’histoire à la science-fiction en flirtant avec le fantastique , sans omettre les secret de famille, de ceux qui constituent les bases précaires d’une destinée .

Le narrateur est, comme l’auteur d’origine tchèque, et la ville de Prague est bien présente, exposant ses trésors au fil des pages : la tumultueuse Moldau, la fameuse horloge ou la place Venceslas, lieux riche d’histoire et d’histoires. Le passé maudit du père de Jakub laisse entrevoir les affres des alliances fâcheuses, qui jettent l’opprobre sur trois générations. 

L’originalité en fait cependant pas peur à l’auteur qui n’hésite pas à projeter dans le temps futur les conséquences d’un siècle de mondialisation conflictuelle. Nous faisons connaissance avec le narrateur dans un vaisseau spatial, parti étudier un curieux nuage de poussière qui teinte le ciel nocturne de nuances de pourpre.

Et malgré cet éventail de situations , l’intrigue est cohérente et menée de main de maitre.  Pas de temps mort, On rebondit du passé au futur, et du futur au présent. en croisant une foule personnage dont l’homophonie approximative des noms vient jeter un trouble savamment instillé. 


Une vraie révélation, et un auteur à suivre pour confirmation de talent littéraire.

PS Ne pas se fier au titre, peu attirant et à la couverture ,  pas franchement réussie.



Et mon corps disparaîtrait avec tout le reste – les sensations, les plaisirs, et les soucis que je ne pouvais chasser de mon esprit: les gens que j'aimais, les petits déjeuners servis comme des diners et les cocktails servis comme des petits déjeuners, les changements de climat, le gâteau au chocolat chaud, mes cheveux de plus en plus crie, Les mots croisés du dimanche, les films de science-fiction, la conscience d'un monde consumé par l'effondrement financier ou une catastrophe environnementale, ou par une une grippe baptisée une fois de plus du nom d'un énième animal inoffensif.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire