vendredi 29 décembre 2017

La daronne

Hannelore Cayre






  • Broché: 176 pages
  • Editeur : Anne-Marie Métailié (9 mars 2017)
  • Collection : LITT.AUT.HORIZO
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1022606073
  • ASIN: B01MRK7FUZ











Bien curieux polar,  qui se distingue tant par le style que par la personnalité et les frasques du personnage principal, Patience Hortefeux. Avec un nom comme ça, on pourrait croire que l’action se déroule au Québec. Mais non, on est à Paris, au Ministère de la justice, où Patience se consacre à une activité particulière : elle traduit les écoutes téléphoniques passées entre dealers et trafiquants. Son enfance bilingue et tortueuse la destinait à ce job peu banal. 
Tout le problème est que quand on vit seule à 53 ans, avec une mère en maison de retraite, et des enfants, certes adultes, mais à qui on aimerait donner un coup de pouce, la tentation est grande de basculer du côté obscur….

Derrière la fantaisie du personnage, qui un atout majeur du roman, se dessinent  en filigrane des questions de société  bien communes : le quotidien peu  enviable d’une femme seule,  le dilemme de cette génération prise en étau entre des parents âgés et invalides et des enfants que la société infantilise au-delà du raisonnable, le travail au noir, y compris dans des instances officielles. Derrière tout cela, un miroir aux alouettes : trouver de l’argent pour apporter une solution partielle à tous ces problèmes. 

Sujets graves, mais traités avec beaucoup d’humour dans un style impeccable. 
On imagine immédiatement le film qui pourrait s’en inspirer. 

Récompensé à juste titre, ce polar est un indispensable, pour sortir des clichés devenus classiques du vieux flic à casseroles (que l’on peut malgré tout apprécier de retrouver, à ceci près que l’on n’aura pas comme ici la surprise de découvrir une histoire originale ).


Auteur à suivre


PDG, un mot qui ne s'emploie plus aujourd'hui pour désigner un métier comme dans Il fait quoi ton papa? -Il est PDG..., mais dans les années 70 ça se disait. Ça allait avec le canard à l'orange, les cols roulés en nylon jaune sur les jupes-culottes et les protège-téléphones en tissu galonné. 

*






1 commentaire: