vendredi 23 août 2019

Une bête au paradis

 Cécile Coulon








  • Broché: 352 pages
  • Editeur : L'Iconoclaste (21 août 2019)
  • Collection : IC.VERGE
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français










Ne pas se fier au panneau à l’entrée du chemin qui dit : Bienvenue au Paradis. Car il a tout l’air d’un enfer ce paradis là, où Emilienne élève comme elle peut les deux enfants de sa fille, décédée avec son époux dans un accident de voiture, à quelques centaines de mètres de la ferme. Elle-même veuve, elle accepte de bonne grâce l’offre spontanée de Louis : tout le monde y trouve son compte. Emilienne profite d’une aide précieuse pour cette lourde tâche qu’est le travail dans une ferme à l’ancienne et Louis est à l’abri de la violence de son père. C’est aussi pour les deux enfants un repère stable dans l’univers chaotique des deux orphelins. 

Le temps passe et les enfants grandissent. Blanche ne résiste pas au charme d’Alexandre, le beau garçon ambitieux que toutes les filles convoitent. Et cela est loin de plaire  à Louis…

Dans ce roman aux allures de fable, les femmes sont fortes et indépendantes, affirmées dans leurs choix et leurs passions. Et au contraire l’image de l’homme est associée à la violence ou à la vénalité. Pas de cadeau pour la gente masculine.

Le cadre de la ferme avant que l’on parle d’exploitation agricole est bien représenté, avec ses rites immuables, comme la fête autour de l’abattage d’un cochon, ou les routines  du soin aux animaux. 

C’est avec une plume claire, solide, que Cécile Coulon narre cette histoire de drames et de passions, au coeur d’un décor suranné mais fondateur. 


Qui est la bête dans l’histoire? Au lecteur d’en tirer des conclusions






C’est donc cela, les pleurs, les vrais. Des blessures en avalanche, les muscles, la peau, les os, le sang, qui tentent de sortir par les yeux, qui fuient ce navire à la dérive, cette épave incapable d’accueillir d’autres matelots que ceux du passé, dont le pont s’est depuis longtemps écroulé sous le poids de ce grelot, énorme à présent, monstrueux, une gigantesque boule qui grossissait encore. C’est donc cela, les pleurs : le sacre du désespoir.



De chaque côté de la route étroite qui serpente entre les champs d'un vert épais, un vert d'orage et d'herbe, des fleurs énormes, aux couleurs pâles, aux tiges vacillantes, des fleurs poussent en toutes saisons. Elles bordent ce ruban de goudron jusqu'au chemin où un pieu de bois surmonté d'un écriteau indique : Vous êtes arrivés au Paradis















Cécile Coulon est une romancière, nouvelliste et poétesse française. 


À l'âge de 16 ans, elle publie son premier roman intitulé "Le voleur de vie" (2007). Elle passe un baccalauréat option Cinéma. Après des études en hypokhâgne et khâgne à Clermont-Ferrand, elle poursuit des études de Lettres Modernes. En 2016, elle prépare sa thèse dont le sujet est "Le Sport et le corps dans la littérature française contemporaine".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire