vendredi 13 septembre 2019

La campagne n'est pas un jardin

Stéphane Fière






  • Broché: 368 pages
  • Editeur : Editions Phébus (15 août 2019)
  • Collection : Littérature française
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français







En route pour un hameau de moyenne montagne, comme le précise l’auteur en notant la dérision d’une telle étiquette. Dorlange pourrait s’appeler Clochemerle. Les problématiques ont évolué, mais les mêmes villageois réagissent avec autant de stupidité (pas tous , heureusement) à tout ce qui bouleverse un tant soit peu leur routine. 

Au vingt-et-unième siècle, la bourgade ne se déchire pas au sujet de la construction d’une pissotière, à chaque époque ses périls. Non, c’est le choix de la préfecture qui a décidé de faire de Dorlange une commune d’accueil pour un petit groupe de réfugiés syriens qui va déchainer les passions et réveiller des haines féroces.

Toute la première partie est un état des  lieux de la campagne profonde, qui se meurt doucement, malgré l’irruption occasionnelle de « flanflans » comme sont surnommés ces citadins venus se refaire une santé loin des tracas de la ville. C’est dit sans détours, avec suffisamment d’humour (ou d’ironie) pourque le pamphlet séduise, sans surprise cependant : pas de révélations, de scoop, c’est une situation qui ne surprend pas .

L’arrivée des syriens déclenche une agitation destructrice  dans la commune où 60% des électeurs  ont exprimé la peur de l’étranger. Malgré les bonnes volontés qui ont fait de cette arrivée leur cheval de bataille, la notion de terre d’asile semble bien usurpée.

On aime aussi le ton caustique et railleur qui rend la  lecture plaisante, même si c’est assez désespérant. 


Ce que l’on tient entre les mains est-il le fameux roman-réalité que l’ermite de service en immersion dans la forêt projetait d’écrire? Si c’est le cas, son talent de conteur est confirmé et on lui souhaite une place d’honneur sur les étagères des libraires et quelques prix bien aidants. 



Mais le temps presse et la vie, elle passe comme dans un rêve, la vie : je viens d'arriver et je dois déjà m'en aller. Je suis et soudain je ne suis plus. Où suis-je parti ? Ailleurs. Ailleurs c'est où ? Là où tout le monde va. C'est réconfortant. Écrire, écrire pour ne pas disparaître des mémoires. Les autres comptent, leurs histoires aussi. Sans toi pour les transmettre, ils n'existeraient pas.

*

Dans les contrées qu'ils envahissent, les flanflans contestent tout ce qui organise la vie agricole depuis l'aube de l'humanité.
Ils sermonnent les paysans, ces semi demeurés, sur ce qu'ils devraient faire et comment.



Après Sciences-po (1982) et des études de chinois et de sciences politiques à Harvard, une carrière professionnelle aux USA, Stéphane Fière travaille à Shanghai depuis plusieurs années.

Il vit dans le monde chinois depuis vingt ans, parle le mandarin et s’est toujours inséré dans les communautés chinoises et selon les modes de vie chinois, que ce soit à Taiwan, à Hong Kong, aux USA ou en Chine. 

Il est l’auteur de La Promesse de Shanghai (Ed. Bleu de Chine) et de Caprices de Chine (L’Aube)
(Source : Babelio)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire