vendredi 1 novembre 2019

Rhapsodie des oubliés

Sofia Aouine









  • Broché : 208 pages
  • Editeur : La Martinière (29 août 2019)
  • Collection : Fiction
  • Existe en version numérique 
  • Langue : Français






Il est bien bavard, le jeune narrateur qui traine ses savates dans les rues de la Goutte d’or, où il apprend les codes, ceux des adultes, ceux des junkies, ceux des pseudo-imams qui tentent sous couvert d’une religion qu’ils ignorent,  d’imposer leur loi, celle qui voile les femmes dans le seul but de les réserver à leur consommation personnelle . Il est bavard et l’on se fait porté par cette mélodie aux accents de rap et ce lexique parfois un peu trop typé pour  être totalement compréhensible. Et puis au fur et mesure de la lecture, on se lasse, car la forme cache le fond, et on a l’impression de tourner en rond, malgré un récit court.

Les entrevues avec la « dame d'ouvrir dedans » comme il nomme la psy qui est chargée de sortir cet ado de la mutité dans laquelle il s’est enfermé, et qui contraste fort avec tout ce qu’il nous livre, sont une respiration dans ce récit logorrhéique . 


La plume est audacieuse et exubérante, il reste à l’auteur de faire ses preuves dans d’autres registres . La rhapsodie est une composition libre dans le style et la forme, souvent en rapport avec des thèmes régionaux ou folkloriques. L’auteur pourra t-elle nous proposer une  symphonie? 




On n'est pas si différent avec la dame d'ouvrir dedans, au fond. C'est l'histoire de ce pays : on a presque tous, d'où que l'on vienne, d'où qu'on parle, peu importe notre Dieu, une histoire de valises à vivre et à raconter.

*

J'ai levé les yeux avec flemme du livre qu'Odette m'avait forcé à me taper. Le truc de Marcel Machin, sur ses histoires d'amour de puceau qui ne baise jamais. C'est chiant mais bien écrit et ça fait paravent avec le monde.

*

Adossé à la cheminée, je regarde les grosses lettres qui clignotent…Tati…Tati…Le magasin préféré des daronnes et des blédards, notre tour Eiffel à nous. Un truc que le monde entier nous envie et qui est connu au fin fond de l’Afrique et de la Papouasie. Tati or, Tati maison, Tati chaussures, Tati slips, Tati mariage : la Mecque des jeunes pucelles prêtes à se marier et des mères hystériques qui aimeraient redevenir pucelles le temps d’une nuit de noces. La plus grande salle de jeu du monde, caverne d’Ali Baba des pauvres où tu trouves de tout Tu peux te marier, manger, vivre et peut-être même mourir un jour. Je suis sûr qu’ils finiront par y vendre des cercueils en vichy rose et bleu.






Sofia Aouine est née en 1978. Elle signe avec Rhapsodie des oubliés son premier roman

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire