jeudi 15 avril 2021

Je ne pensais pas si fragile ⭐️⭐️⭐️⭐️

 Kikka




  • Éditeur : Eyrolles (14 janvier 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 264 pages









Kikka nous propose le récit d’une descente aux enfers , façon thriller. Et pourtant, le décor est d’une banalité ordinaire, les locaux d’une entreprise internationale. Et l’héroïne est une jeune femme dynamique, active et créative, une executive Women, menant de front vie familiale et professionnelle, avec courage et entrain. Jusqu’au jour, où le président qui la soutenait dans ses efforts pour faire progresser l’entreprise, est remplacé par quelqu’un qui d’emblée la prend pour cible.  Mails à toute heure, injonctions contradictoires, bruits de couloirs, petites phrases qui tuent, c’est le harcèlement et ses séquelles : la perte de confiance en soi, les erreurs liées à la fatigue, et le corps qui finit par crier grâce.


 C’est terriblement bien décrit, point n’est besoin d’avoir été le témoin de tels faits                     pour en apprécier l’analyse. Les mécanismes en marche, les réactions en chaîne au sein d’une équipe, l’impunité des agresseurs malgré tout, et la difficulté de s’attaquer au phénomène, d’autant que la personne harcelée est fragilisée par des mois voire des années d’un travail de sape, tout cela est très bien rendu. 


Le plus difficile est sans doute de se reconnaître comme victime et non comme coupable... 


L’écriture est factuelle et sobre, mais l’énormité de ce qui est relaté justifie l’’absence d’une emphase, qui serait au contraire contre-productive.




Au lieu de me soutenir dans ma lutte contre le harcèlement au travail, on va m'estampiller
 « psychologiquement fragile », comme tant d'autres avant moi, considérer que c'est moi la fautive, parce que je n'ai pas su me protéger de lui, au lieu de faire en sorte que je n'ai plus besoin de me protéger.

*

– Je viens de relire ta présentation, c'est très bien. J'aime beaucoup ton illustration pour définir des objectifs. Je trouve le symbole de la montagne à gravir excellent. Je te prends cette idée pour mon discours d'introduction, ça ne te dérange pas ?
 Que répondre à mon supérieur hiérarchique ? Comment accepter cette malhonnête frustration ? Il me volait l'originalité, le charme de mon exposé, pour se faire valoir ou pour me priver d'éventuelles compliments… J'étais écoeurée.

*

Sans signes précurseurs, je suis secoué de sanglots incontrôlable. Dans cette pièce démunie de pendule, je n'avais aucune notion de l'heure. Combien de temps encore étais-je  condamnée à ressasser mon angoisse dans cette chambre inhospitalière ? Je pleurais, pleurais encore. Cette source chaude semblait intarissable. Les minutes coulaient, elles aussi, glaciales et ténébreuses.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire