samedi 5 juin 2021

Maman ne répond plus ⭐️⭐️⭐️⭐️

 Fabienne Blanchut




  • Éditeur : Marabooks (31 mars 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 400 pages











La morosité ambiante et la propension des auteurs à coucher sur les pages la quintessence de la noirceur humaine fait de la littérature un concentré du mal inhérent à notre condition. Alors de temps à autre, le lecteur doit remonter à la surface pour y trouver une bouffée d’oxygène. C’est cela, Maman ne répond plus. Une douce comédie animée par des personnages ordinaires, les mêmes que ceux qui peuplent notre rue, que nous croisons dans les magasins ou au camping, de ceux qui ne feront sans doute jamais parler d’eux ou en tout cas pas en tête d’affiche.


C’est l’histoire d’un coup de grisou. Zabou a soixante-deux ans, des hormones en déconfiture, un mari qui passe plus de temps sur son vélo qu’à la maison et pour couronner le tout, une fille en détresse parce que son mari l’a trompée qui décide de revenir vivre dans la maison familiale. Trop c’est trop. L’heure a sonné : il est temps de conjurer le sort qui la rend invisible aux yeux des autres, et de quitter ce rôle de trousse de secours universelle.



C’est léger, drôle et suffisamment inspiré de ce qui fait notre vue familiale pour pouvoir souvent d’identifier ou revivre par procuration des situations identiques.


Merci beaucoup à Fabienne Blanchut pour ce partage, qui aura été un rayon de soleil dans mes lectures de ce printemps. 




Alors le prochain, ce sera quoi ? Fraise au crocodile ? Cela dit, les œufs au plat, c'est pas mal aussi…
– Maman, c'est nous !
Je sors la tête du cellier où j'étais en train de terminer en cachette un paquet de bonbons. Presque prise la main dans le sac !

*

C'est étrange d'attendre quelqu'un qu'on ne connaît pas dans une ville où l'on est soi-même une étrangère. Je suis à la gare de Sitges, et le train en provenance de Barcelone devrait arriver dans trois minutes. Machinalement, je lis d'une main un pli imaginaire sur ma robe et j'arrange ma coiffure de l'autre. Le train s'immobilise à l'heure prévue. Il est le premier à descendre, un petit sac en toile sur l'épaule.

*

Ne me cherche pas en haut du Tourmalet, je n'y suis pas. J'ai besoin d'être seule. Quand tu liras ce message, j'aurais retiré la carte Sim de mon téléphone et  serai injoignable. Gigantosaurus est à l'aéroport de Blagnac, parking P6. J'ai payé pour deux jours. Je cache la clé sur le pneu avant droit, je ne te demande pas de me comprendre, juste de respecter ma décision je t'embrasse.





Fabienne Blanchut est une écrivaine de livres pour enfants et scénariste de télévision française.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire